x
NewsLetter :
Les news par e-mail
Agenda, le meilleur agenda des sorties

3 octobre 2012

 Majorité après les communales : avec le MR, ce serait à contrecoeur...

C’est le jour de la Saint-Léger qu’était éventée l’existence d’un accord entre le PS et le MR pour conduire une nouvelle majorité violette à la province. Info qui n’a pas été démentie par les partis concernés.

La future députation devrait donc se composer de trois élus PS et de deux élus MR. Mais, en dehors des inamovibles Paul-Émile Mottard (PS), André Gilles (PS) et Georges Pire (MR), les conjectures allaient bon train concernant l’attribution des deux autres bureaux.
Un poste de député provincial sur les six sera, en effet, supprimé.

Mais alors, sur base de cette supposition plus que vraisemblable, les socialistes auront-ils envie de constituer la même couleur de majorité à la ville et à la province ? « Evidement que non », nous assurent certaines sources. Un préaccord sur la base quantitative actuelle a déjà été conclu."

Sachant que le PS craint de perdre un siège au profit du PTB et que le CDH redoute l’érosion (après avoir perdu 3 sièges lors des élections de 2006), malgré l’arrivée d’Anne Delvaux, une association à 27 doit encore se gagner dans les urnes. Un préaccord ne signifie évidemment pas l’inutilité du vote. Et pour pouvoir former le collège communal, il faut au minimum 25 conseillers élus.

En septembre, Christine Defraigne, cheffe de file du MR durcissait le ton dans La Libre : « Le bourgmestre regarde dans le rétroviseur(…). La majorité vend sa soupe comme elle peut mais a une vision passéiste ».

Certains lisaient dans ses déclarations à la fois l’expression d’un fort désir d’être aux affaires et de la rancœur face à une nouvelle entente PS-CDH. Reste que si les électeurs décidaient néanmoins d’amener une majorité rouge-bleue, l’on sent bien que ce serait un peu à contrecœur, à en croire Julie Fernandez Fernandez. La députée fédérale, conseillère communale et ancienne échevine liégeoise prévient sur son mur facebook : « Voter aujourd’hui pour les partis d’extrême gauche, c’est affaiblir le PS et nous obliger demain à une coalition avec le MR... Voter à l’extrême gauche, c’est donc mettre en place demain une majorité avec la droite !"

Une majorité avec le MR oui, mais « seulement si l’on n’a pas le choix », en somme.

temporéduite



Sources :  
 
Article précédent : Place de l’Yser : un parc et puis un {musée} Simenon ?
Article suivant     : Les 9 vidéos des candidats liégeois aux élections communales

Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler, une info à nous communiquer ?
Ecrivez à redaction_AT_todayinliege.be en indiquant éventuellement le lien de la page concernée.