x
NewsLetter :
Les news par e-mail
-
Agenda, le meilleur agenda des sorties

5 février 2013

 Mobilité bien ordonnée commence par soi-même : engin roulant non identifié

La vision onirique de Liège 2017 étant périmée, la représentation futuriste de notre ville par nos édiles semble tout de même définitivement passer par le tram. Notre bourgmestre a d’ailleurs tenu à réaffirmer, la semaine passée, que le miracle à roulettes était « un investissement » budgétairement viable, et que 40% des 270.000 personnes qui utilisent chaque jour les transports en commun dans le zone de Liège se déplacent de toute façon dans l’axe de la vallée de la Meuse (et donc sur le tracé du futur tram).

Sa conclusion : « Le réseau de transport public actuel est arrivé à saturation, ce qui nuit au développement du Pays de Liège et de la Wallonie. Investir dans le tram représente une véritable dynamique économique, et une nécessité pour les centaines de milliers d’utilisateurs qui empruntent quotidiennement les transports en commun. »

La cause semble donc entendue pour tous (du ministre régional P.Henry à la SRWT), tout comme le tracé qui épargnera les platanes classés ( ?) du parc d’Avroy.

Mais qu’est-ce qui pourrait mettre en doute l’assurance de nos vrais visionnaires futuristes de l’avenir de plus tard ?

Pas les alertes qui arrivent de France (dont les villes sont si souvent prises en exemple pour vanter le petit train urbain) tendant à prévenir que le tram, beaucoup trop cher, n’a plus forcément la cote et que les bus new age prennent du galon. « Pratique, agréable et propre avec sa propulsion électrique, le tramway reste un mode de transport moderne, confortable... et considéré comme électoralement payant. [Mais…] l’âge d’or du tram est derrière lui  », prévient un article du Monde.

Pas les craintes des habitants qui ne comprennent rien aux données techniques et aux plans qu’ils sont censés critiquer ou approuver, mais voient déjà se profiler les années de sacrifices en termes de circulation, de mobilité, d’horribles chantiers supplémentaires, de désagréments pour les commerces,….

tempoAvant les grands travaux, la réalité est que l’on n’a avancé :

- ni sur la réduction des embouteillages aux heures de pointe
- ni sur de vrais aménagements pour les cyclistes (la conseillère communale Ecolo Géraldine Blavier regrettait au conseil communal du 28 janvier que « Les aménagements du projet Wallonie cyclable ont déjà pris du retard et une grosse partie des budgets n’a pas été engagée »)
- ni sur la mise en place de parkings de délestage sécurisés avec navettes de bus vers le centre-ville
- ni même sur une éventuelle utilisation du fleuve pour délester le fameux axe de la vallée de la Meuse)
- ni sur la diminution du prix des parkings

« L’intendance suivra », disait le Général de Gaulle. Alors, en attendant que nos visionnaires atterrissent sur l’ile d’Elbe, certains autres semblent déjà avoir une optique plus modeste, plus pragmatique et plus réaliste de la mobilité. Vous rêvez d’être protégé des intempéries, de vous jouer des embouteillages, de passer partout et de ne plus jamais avoir de PV en ville ?
Alors regardez ce petit objet roulant non identifié qui circulait mardi en centre-ville (et aidez-nous à identifier cet engin et son conducteur via redaction@todayinliege.be) :



Sources :  
 
Article précédent : La société du Nunu Club en {faillite}
Article suivant     : {Météo} : faible neige et baisse des températures

Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler, une info à nous communiquer ?
Ecrivez à redaction_AT_todayinliege.be en indiquant éventuellement le lien de la page concernée.