x
NewsLetter :
Les news par e-mail
-
Agenda, le meilleur agenda des sorties

26 février 2014

 Piscine d’Outremeuse : un ancien employé accuse la gestionnaire

La piscine d’Outremeuse était à l’actualité du conseil communal de lundi. Ses horaires sont actuellement restreints à cause des arrêts maladie de trois maîtres-nageurs. Et, contrairement à ce que nous avions écrit sur base des explications d’une responsable de l’un des halls omnisports de la Ville, les autres ne sont pas "en congé maladie par solidarité" mais ne sont plus assez nombreux pour constituer les équipes.

Brigitte Ernst, conseillère communale Ecolo interrogeait donc : "Le climat à la Piscine d’Outremeuse semble assez délétère : absences pour maladie, dépressions, burn-outs, mutations, fin de contrats , plaintes s’y succèdent. Cette situation coïncide avec l’arrivée d’une nouvelle gestionnaire (Sylvie Lechanteur, ndlr), voici plus de deux ans.(...) Cette situation ne peut plus durer : elle est préjudiciable au personnel et aux clients." Et de demander que l’on fasse appel à un médiateur indépendant pour régler la situation.

Trois conseillères communales du groupe MR (Defraigne, Fraipont et Nikolic), ont également abordé la question : "Les usagers, et notamment les écoles, souffrent également de fermetures intempestives. Les horaires seraient constamment modifiés, les heures prestées ne seraient pas comptabilisées pour certains. Des pressions psychologiques seraient constatées. Le climat actuel entrave-t-il le bon fonctionnement de la piscine, l’accueil des nageurs, la surveillance de la piscine ?"

Dans un e-mail, un ancien employé, dont les propos sont corroborés par l’un des maîtres-nageurs actuellement en arrêt de maladie, dénonce :"J’ai travaillé à la piscine d’Outremeuse il y a un peu plus d’un an. Très vite les collègues m’ont expliqué la problématique qu’incarne cette gestionnaire. Tout comme mes collègues, j’ai commencé à subir des pressions psychologiques : elle était constamment sur notre dos, à dénigrer tout ce qu’on faisait ou à nous insulter, à nous obliger d’ignorer des consignes de sécurité ou des problèmes sanitaires importants (staphylocoques), à nous faire des horaires complètement illégaux (18 jours d’affilé, etc...) ou à nous voler des heures prestées, à demander à du personnel (durant leur heures) à travailler chez elle et ce avec du matériel de la Ville, à menacer systématiquement de nous licencier si cela n’allait pas dans son sens."

En août 2012, une plainte commune (tous services confondus : maîtres-nageurs, techniciennes de surface, ouvriers, gardes,...) avait été déposée auprès du Service de Prévention et de Médecine du Travail. Sans suites, dit-il, hormis l’amplification des harcèlements, quelques mutations et un non-réengagement .

Cet ancien employé cite aussi le cas d’une secrétaire "tombée en dépression car elle était séquestrée dans bureau et interdite de répondre au téléphone, le comble pour une secrétaire..." ou de techniciennes de surface insultées et méprisées.

Le bourgmestre n’a pas fourni de réponse quant à ces griefs précis vis-à-vis de la gestionnaire de la piscine. Contactée par nos soins, celle-ci n’a pas non plus souhaité s’exprimer.

todayinliege



Sources :  
 
Article précédent : Un doctorant de l’ULg en {prison} en Iran pour refus d’espionner
Article suivant     : {Météo} : nuages et risque de pluie l’après-midi

Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler, une info à nous communiquer ?
Ecrivez à redaction_AT_todayinliege.be en indiquant éventuellement le lien de la page concernée.