x
Un jour dans la vie du soldat Hubert : une drôle de vidéo, un peu incompréhensible, réalisée par la Province de Liège qui commémore à sa façon la guerre 14-18, dont c’est le centième anniversaire.
NewsLetter :
Les news par e-mail
Agenda, ce qu'il y a à faire aujourd'hui
Expos

Musée de la Vie wallonne, Du 2 août 2014 (09:30) au 31 mai 2015 (18:30)

Exposition : "Liège dans la tourmente" - Dès le 2 août !

La Grande Guerre sous l’angle de l’histoire au quotidien

Cette réalisation d’ampleur, alimentée par les riches collections des Musées de la Ville de Liège et du Musée de la Vie wallonne, est complétée par des pièces rares en provenance tant de grandes institutions muséales que de particuliers. « Liège dans la tourmente 14-18 » prend place dans la très belle église Saint-Antoine.
L’exposition se présente prioritairement comme un focus sur la Bataille de Liège et la vie quotidienne à Liège et dans la province pendant la Première Guerre mondiale.

L’exposition cible la réalité liégeoise et présente la Grande guerre sous l’angle de l’histoire au quotidien des soldats et des civils, entraînés malgré eux dans les horreurs d’un interminable conflit. L’évocation aborde tour à tour la métropole liégeoise, les banlieues industrielles et les proches pays à la veille de la déflagration, l’inconcevable invasion allemande, la rude bataille des intervalles (5-6 août), la résistance héroïque des forts (8-16 août), la violence des exactions contre les populations civiles (destructions de plusieurs villages et villes dont Visé (16-18 août), et Liège (19 et 20 août), l’exil des populations, les difficultés de la vie au jour le jour durant quatre années d’occupation et, enfin, la libération.

Centré sur la forte charge émotionnelle générée par ces événements, dès l’armistice mais aussi, au-delà les décennies, jusqu’à nos jours, un espace mémoriel présente, sous la forme de documents, d’objets et de photos de monuments, les traces d’un passé toujours poignant. Loin du registre de la commémoration, c’est à une réappropriation partagée du souvenir que les visiteurs sont invités.

L’exposition est divisée en sept parties :

A) La Belle époque, une introduction qui traite de Liège à l’orée du conflit avec l’évocation des différents aspects économiques, sociaux, culturels et militaires à Liège et, plus largement, dans la province ;

B) Le viol de la neutralité, la mobilisation dès le 29 juillet, les travaux de défense dans les intervalles début août, le franchissement de la frontière le 4 août au matin, les premiers villages et villes envahis ;

C) La bataille de Liège, section accompagnée d’une reconstitution symbolique de la ceinture des forts autour de Liège. Celle-ci permet de comprendre le rôle capital joué par la Cité ardente dans la suite du déroulement du conflit. L’attitude admirable tant des troupes des forts que de l’armée de campagne est abordée notamment au travers des différents combats qui se sont déroulés autour de la Cité ardente, lors de la bataille dite des Intervalles (Rabozée, Rhées, Sart-Tilman ou Vottem) ;

D) Les exactions contre les civils, à savoir les injustifiables agressions allemandes qui touchent, de manière aveugle, en premier les habitants des villes et villages du Pays de Liège. Ces actes soulignent la « brutalisation » du conflit et la victimisation de la neutre Belgique ;

E) Les absents, c’est-à-dire à la fois les victimes des premiers combats, les militaires prisonniers envoyés dans des camps en Allemagne, les civils déportés aussi en Allemagne, les exilés, réfugiés en Hollande (Limbourg hollandais), en France et en Angleterre, et enfin ceux qui poursuivent le combat sur le front de l’Yser ;

F) La vie quotidienne traite du vécu des populations (rationnement, aides, secours, déportation, résistance, activités artistiques…) durant les quatre années d’occupation tout en soulignant les contacts avec ceux partis pour le front ou en exil à l’étranger ;

G) La mémoire, espace centré sur les traces et les souvenirs de la Grande Guerre à Liège et dans sa province. Il abrite notamment un lieu de rencontre qui accueille, le temps de l’exposition, animations et rencontres.

Le parcours est chronologique tout en laissant une relativement liberté dans la déambulation. Chaque espace est identifié par un portique d’entrée, une couleur. Un des fils conducteurs, au niveau pédagogique et animation, est constitué par l’histoire de la famille « Joassart », famille de négociants catholiques liégeois, dont les différents membres ont connu des destinées diverses illustrant la plupart des thématiques de l’exposition : mobilisation, Front de l’Yser, enrôlement en France, résistance, comité de secours et d’alimentation…

Site internet de l’expo : www.liegeexpo14-18.be

Site Province de Liège : www.provincedeliege.be

Retrouvez-nous sur Facebook

Information(s) pratique(s)

Les 2 expositions sont ouvertes du lundi au dimanche de 9h30 à 18h30.

- Individuels :
Votre billet vous donne accès aux 2 expositions :
Individuel senior : 10€
Individuel 7-18 : 8€
0-6 : gratuit
Article 27 : 2,5€

A la gare de Liège Guillemins : possibilité d’audio-guide à 2€
- Groupes
Au Musée de la Vie wallonne : possibilité d’un guide (FR, NL, DE) à 65€
en semaine, 75€ le weekend et jours fériés.
Groupes scolaires : 6€ par enfant (guidage compris)

Renseignements et réservations au +32(0)4/237.90.50 (Musée de la Vie wallonne) et au +32(0)4/224.49.38 (Gare Liège Guillemins)
Infos sur les publications disponibles via http://www.provincedeliege.be/node/7225


Retour à la page précédente

Cité Miroir - Sauvenière - Place Xavier Neujean 22 à 4000 Liège, Du 11 septembre 2014 au 12 septembre 2016

Plus jamais ça !

Parcours dans les camps nazis - Expo Permanente

Au lendemain des deux guerres mondiales, ils furent nombreux à décider de tout faire pour que l’horreur des conflits armés, des massacres de masse et de la barbarie ne se reproduise plus jamais. La bête immonde semblait endormie. Pourtant, elle ne faisait que sommeiller. Aujourd’hui, les idées haineuses sont à nouveau de retour et semblent devenir banales.

Plus jamais ça ?
C’est une question … pour rappeler que nos acquis sont fragiles et qu’il faut rester vigilant. Certaines idées sont vraiment dangereuses pour nos libertés et menacent la démocratie. La visite de la nouvelle exposition des Territoires de la Mémoire asbl est intense et émouvante. En suivant le parcours de celles et ceux qui, dans les camps de la mort, ont été les victimes du nazisme, les visiteurs sont progressivement confrontés à l’actualité et à l’urgence de résister tous les jours. Mais comment agir aujourd’hui en étant un citoyen responsable ?
Se souvenir est indispensable pour ne pas oublier, mais c’est par l’éducation que nous serons capables de comprendre le passé, d’éviter de reproduire les erreurs commises et de nous engager pour demain. Et si nous construisions ensemble une société plus juste et plus respectueuse de tous les êtres humains pour lutter contre tous les inacceptables.

INFOS PRATIQUES :

> Heures d’ouvertures :
Lundi au vendredi : de 9h à 16h (dernière entrée)
Samedi et dimanche : de 10h à 16h (dernière entrée)

> Prix d’entrée
3 € (étudiant/senior) - 5 € (adulte) – 1,25 € (Article 27)
1 accompagnant / groupe de 15 personnes.
Entrée gratuite pour les membres des Territoires de la Mémoire asbl, les possesseurs d’une carte Région wallonne, Carte Prof, Educpass ou Leraren Kaart, accès gratuit le 1er dimanche du mois.
Les groupes sur réservation
fermé les jours fériés

> Réservez votre visite
À la Cité Miroir - Sauvenière - Place Xavier Neujean 22 à 4000 Liège
Courriel : reservation@citemiroir.be
Site Internet : www.citemiroir.be
Tél. : 0032 (0) 4 230 70 50

L’exposition est accessible :
à tout particulier (âge conseillé à partir de 11 ans)  ;
à tout groupe (sur réservation).
Les infrastructures permettent un accès aux personnes à mobilité réduite.

À la demande

Prolongation de la visite par un échange avec un animateur. Avantages particuliers pour les groupes provenant d’un établissement scolaire situé sur le territoire d’une Ville ou d’une Commune Territoire de Mémoire. Si votre école est située sur une commune partenaire, signalez-le lors de votre réservation.
Plus d’informations sur le partenariat "Territoires de Mémoire" :
04 250 99 44 ou projets@territoires-memoire.be


Retour à la page précédente

Cité Miroir, Du 17 octobre 2014 au 29 mars 2015

L’Art dégénéré selon Hitler - La vente de Lucerne

L’art et l’histoire sont réunis dans une exposition présentée à Liège consacrée aux oeuvres qui furent vendues aux enchères par les Allemands à Lucerne en 1939. À l’aube de la Seconde Guerre mondiale, les autorités nazies qualifient plusieurs oeuvres d’art Moderne présentes dans les musées allemands de « dégénérées » et souhaitent les liquider. En juin 1939, elles organisent une importante vente aux enchères à Lucerne. Cette vente, qui prendra une dimension historique, réunit les noms des plus grands artistes de l’époque : Gauguin, Chagall, Matisse, Kokoschka ou encore Picasso...

L’État belge est présent à la vente, de même qu’une délégation liégeoise qui a réuni de gros moyens. La Belgique acquiert plusieurs oeuvres pour les musées d’Anvers et de Bruxelles tandis que Liège achète neuf toiles exceptionnelles qui font actuellement partie des oeuvres majeures des collections de la Ville. Aujourd’hui dispersées à travers le monde dans de prestigieuses collections privées et publiques, une grande part des oeuvres de la vente seront réunies pour la première fois et présentée en exclusivité à La Cité Miroir de Liège. L’exposition sera étoffée par de nombreux documents évoquant le contexte historique de la vente.

Infos pratiques :

- Du 17 octobre 2014 au 29 mars 2015,

- A la Cité Miroir,

- De gratuit à 12 euros.

http://www.citemiroir.be/


Retour à la page précédente

Grand Curtius, Du 27 novembre 2014 au 31 mars 2015

Waterloo 1815

A partir de ce 27 novembre jusqu’au 31 mars 2015, l’ensemble muséal Grand Curtius de Liège accueille une exposition de quatre mois qui vous immergera au cœur de l’une des plus grandes batailles de l’histoire européenne : la bataille de Waterloo en 1815.

Infos pratiques :

- Du 27 novembre au 31 mars,

- Grand Curtius.


Retour à la page précédente

Musée de la Vie wallonne, Du 30 novembre 2014 (09:30) au 31 mai 2015 (18:30)

"Home - Portraits d’intérieurs"

Un panorama original du concept de la ’maison’

Les photographes polonais Andrzej Kramarz et Weronika Łodzińska ont parcouru la planète afin de dresser un panorama original du concept de « maison ». Extraordinaires dans leur diversité, les clichés dévoilent une galerie de portraits d’intérieurs, toujours sans l’habitant : maisons traditionnelles douillettes, logements spartiates d’artistes de cirque ou de chauffeurs routiers, ou encore cellules de moines excentriques. Ces réflexions visuelles sur le thème de l’habitat sont, en finalité, les portraits d’hommes et de femmes d’aujourd’hui, une tentative de capturer l’esprit des occupants pour poser un diagnostic sur notre condition actuelle.

Une expo de renommée internationale...

Le projet HOME a obtenu de nombreuses récompenses prestigieuses internationales, telles que le Prix de la photographie artistique d’Epson (2005), le Prix PhotoPoland 2007, le Prix de la Banque européenne 2008 et le prix du « Newsweek Polska ». Il a été présenté dans des expositions en Pologne, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en République tchèque, en Slovaquie, en Grèce et en Hongrie.

Un musée de société

Le Musée de la Vie wallonne œuvre depuis plus de 100 ans à la conservation des mémoires individuelles et collectives, pour les transmettre aux générations futures. Son champ d’investigation s’étend de l’environnement social, urbain et industriel, aux témoignages oraux et aux messages véhiculés par les objets. L’Homme est au centre du discours, par une mise en relation permanente entre le passé et le présent. C’est dans cet esprit que le Musée accueille l’exposition HOME, présentée avec succès au Musée ethnographique de Cracovie.

Le projet conjoint HOME, d’Andrzej Kramarz et Weronika Łodzińska, a obtenu de nombreuses récompenses prestigieuses internationales, telles que le Prix de la photographie artistique d’EPSON (2005), le Prix PhotoPoland 2007, le Prix de la Banque européenne 2008 et le prix du « Newsweek Polska ». Il a été présenté dans des expositions en Pologne, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en République tchèque, en Slovaquie, en Grèce et en Hongrie.

Autres infos via l’Institut Polonais - Service Culturel de l’ambassade de la République de Pologne à Bruxelles

Information(s) pratique(s)

Ouvert du mardi au dimanche de 9h30 à 18h
Fermé du 5 au 12.01.2015 et le 1er mai 2015

Tarifs : Adulte : 5 € - Etudiant-senior : 4 € - Enfant : 3 € - Article 27 : 1,50 €
Gratuit tous les 1ers dimanches du mois

Infos et réservations : +32(0)4/2379050 - +32(0)4/2379060


Retour à la page précédente

Galerie Wittert, Du 15 janvier au 28 mars

L’art dégénéré dans les collections de l’ULg

Dans le sillage de l’exposition « L’Art dégénéré selon Hitler. La vente de Lucerne 1939 », la Galerie Wittert propose un accrochage mettant à l’honneur les artistes listés à Lucerne, présents dans les collections universitaires. Majoritaires, les 35 œuvres de James Ensor – dont certaines sont issues du legs que Fernand Pisart fit à l’ULg en 1977 – seront, pour la première fois, présentées en totalité au public.

Les personnalités ayant pris part à la vente de Lucerne et liées à l’Université de Liège seront, par ailleurs, évoquées dans une galerie de portraits (Jules Duesberg, Olympe Gilbart, le Baron Paul de Launoit…).

Enfin, une salle sera dédiée à l’Exposition internationale de la technique de l’eau, inaugurée à Liège le 20 mai 1939, soit un peu plus d’un mois avant la fameuse vente de Lucerne, et fermée anticipativement le 2 septembre suite au déclenchement de la Seconde guerre mondiale. Grâce à une sélection de gravures issues du recueil publié pour l’occasion, le visiteur revivra l’événement, à travers le regard d’artistes tels que Robert Crommelynck, Jean Donnay, Paul Daxhelet, Jean Dols ou encore Georges Comhaire.

Infos pratiques :

- Jusqu’au 28 mars, du lundi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h, le samedi de 10h à 13h

- Galerie Wittert

- Possibilité de visites guidées : infos et réservations auprès de l’asbl Art&fact (04 366 56 04 / art-et-fact@misc.ulg.ac.be)

http://www.wittert.ulg.ac.be/


Retour à la page précédente

Les Drapiers, Du 24 janvier au 7 mars

Marianne Berenhaut - Rangement ordinaire

Les Drapiers vous invitent au vernissage de l’exposition de Marianne Berenhaut, Rangement ordinaire, le vendredi 23 janvier 2015 à 18h.

Exposition du 24 janvier au 7 mars 2015, du jeudi au samedi, de 14 à 18h et sur rendez-vous. Accès libre.

Les Drapiers asbl - 68 rue Hors-Château


Retour à la page précédente

Quai4 galerie, Du 30 janvier 15:00 au 1er mars 17:00

Jacky Lecouturier, au grand air

Le photographe de Jacky Lecouturier est associé à quatre complices, quatre artistes de la matière et du son, Clémence van Lunen, Emile Desmedt, Gérald Dederen, et Baudouin Oosterlynck. Venez voir ses images pour apprécier le bouquet d’air léger qui s’en échappe.
Au-delà de l’agrément immédiat, les voyages et la découverte de nouveaux horizons sont souvent, dit-on, d’excellents remèdes aux écorchures de l’âme. Lors de ses pérégrinations en France, en Italie ou en Corse, Jacky Lecouturier a capté ces instants où nos sens sont soudainement mis en alerte par le cadre naturel d’un paysage.

Ces moments fugitifs où notre fibre intérieure, ébranlée plus ou moins fortement, plus ou moins souvent, fait résonner en nous une idée, une réminiscence, un sentiment, une mélancolie, une particule de bonheur. C’est l’attrait lointain d’une île d’Elbe que n’aurait pas imaginée Napoléon. C’est une nappe de brume blanche qui tombe à l’arrière-plan de terres brunes, éclairées par un rayon de soleil. Les verts ondoyants d’un eucalyptus géant aux branches enchevêtrées. Ou encore une variation musicale de vagues avançant, puis reculant vers le large.

Les images de Jacky Lecouturier, en petits polaroïds retrouvés ou en tirages récents, n’idéalisent pas la nature. Mais en cette sombre période de chaos que nous traversons, elles nous invitent à une forme de contemplation qui n’est ni anachronisme, ni gonflement de béatitude.

Il s’agit plutôt d’associer l’excitation de la rêverie et la subjectivité de l’imaginaire, pour mieux faire face aux fracas du monde réel, et lui rendre en quelque sorte la monnaie de sa pièce : une capacité confiante à garder les yeux ouverts, tant qu’il en est encore temps, pour mieux se saisir des mille et une nuances que nous offre généreusement ce paysagiste de l’air, de l’eau, de la terre, et du feu. Pour l’occasion, il a associé aux éléments naturels de son parcours, quatre complices, quatre sculpteurs de la matière et du son, Clémence van Lunen, Emile Desmedt, Gérald Dederen, et Baudouin Oosterlynck, qui partagent avec lui l’une ou l’autre de ses approches.

Alain Delaunois

VERNISSAGE 29 JANVIER DÈS 17:00 http://www.quai4.be


Retour à la page précédente

Galerie Liehrman, Du 31 janvier au 8 mars

Red Exhibition

Alechinsky Pierre
Andrien Mady
Boël Delphine
Debongnie Jean-François
Fratz & Gio
Geluck Philippe
Hopkins Gordon
Leloup Louis
Musin Maurice
Overath Eric
Pfund Nicole
Quinze Arne
Raynaud Jean-Pierre
Sciortino Carmelo
Zhuang Hong Yi

Vernissage le 30 janvier
Du 31 janvier au 8 mars - Galerie Liehrman

http://www.galerie-liehrmann.be/


Retour à la page précédente

Les Brasseurs, Du 3 février au 14 mars

Antoine Van Impe ’Captive Breeding’

Nous avons le plaisir de vous présenter l’exposition Captive Breeding de l’artiste belge Antoine Van Impe. Elle inaugurera notre nouveau cycle d’expositions individuelles Septième Ciel. Fabien Léaustic (FR) occupera quant à lui la Vitrine Jeune Artiste.

Infos pratiques :

- Vernissage le 31 janvier à 18h,

- Expo du 3 février au 14 mars,

- Aux Brasseurs (Rue du Pont, 26/28).


Retour à la page précédente

Galerie Satellite, Du 4 février au 12 avril

Voyage en Wallifornie - Anthony Anciaux

Anthony Anciaux, jeune photographe originaire du Hainaut, documente avec tendresse et humour les incursions du rêve américain dans le folklore et la culture populaire wallonnes. La ‘Wallifornie’ correspond au territoire qui s’étend de la Wallonie jusqu’aux frontières de notre imaginaire. Il n’est pas rare d’y croiser des catcheurs aux masques d’or, d’élégantes jeunes majorettes ou d’étranges voyageurs aux sourires resplendissants… »

Du 4/02 au 12/04 - Galerie Satellite


Retour à la page précédente

Archéoforum - Place St Lambert, Du 6 février au 16 avril

Les métiers de l’archéologie

Exposition de photos de Guy Focant

Par le biais de la photographie et aidé des témoignages des divers intervenants, l’exposition illustre les différentes facettes de l’archéologie moderne, suit l’évolution de la démarche scientifique depuis l’analyse préalable du site jusqu’à l’étude finale des résultats et la présentation des objets restaurés, mais aussi dépoussière une image souvent stéréotypée d’une profession peu ou mal connue.

L’archéologue d’aujourd’hui a su suivre l’évolution de notre société. Toujours omniprésent sur le terrain, chef d’orchestre, lien indispensable avec les aménageurs du territoire, il encadre à présent une équipe de techniciens et d’opérateurs spécialisés dont on illustre le savoir-faire.

Ce témoignage photographique vous permet de franchir les grilles de nos chantiers, ouvre les portes de nos institutions, des ateliers et des laboratoires. Il montre au grand jour le travail rarement médiatisé de ces femmes et de ces hommes passionnés et passionnants pour vous faire découvrir comment, grâce à leur expertise, ils contribuent à enrichir nos connaissances du passé et lèvent toujours un peu plus le voile sur le mode de vie de nos ancêtres.


Retour à la page précédente

Archéoforum de Liège, Du 6 février au 16 avril

Les métiers de l’archéologie

Du 6 février au 16 avril, l’Archéoforum accueille l’exposition "Les métiers de l’archéologie".

Par le biais de la photographie et aidé des témoignages des divers intervenants, le photographe Guy Focant a souhaité illustrer les diverses facettes de l’archéologie moderne, suivre l’évolution de la démarche scientifique depuis l’analyse préalable du site jusqu’à l’étude finale des résultats et la présentation des objets restaurés, mais aussi dépoussiérer une image souvent stéréotypée d’une profession peu ou mal connue.

Du mardi au samedi de 10h à 17h - Entrée gratuite


Retour à la page précédente

Musée d’Asembourg, Du 6 février au 29 mars

J’ai du bon tabac

Plus de 170 pots à tabac en faïence datant des 18ème et 19ème siècle. Ces récipients adaptés à la conservation du tabac, lequel ne doit être ni trop sec ni trop humide pour être fumé, évoquent par leurs formes et leurs décors les pots de pharmacie également appréciés pour leurs qualités hygiéniques et conservatoires.
La quantité et la qualité de ces objets rassemblés par un seul collectionneur passionné nous permettent de traverser un morceau d’histoire et d’apprécier la technique de diverses manufactures de faïence réputées comme, entre autres, Delft, Bruxelles, Rouen, Lille, Bordeaux et Saint-Omer.

Infos pratiques :

- Du 6/2 au 29/3,

- Du jeudi au dimanche de 10h à 18h,

- Au Musée d’Asembourg,

- Tarif : 5 € expo + musée.


Retour à la page précédente

Grand Curtius, Du 6 février au 29 mars

Christian Satin : peintre et architecte

2 facettes à découvrir :

Christian Satin Peintre
Christian Satin nous plonge dans l’univers du « surréalisme », lui donnant une nouvelle expression qu’il dénomme le « trans-surréalisme ». Il peint avec volonté d’effacer les frontières entre le monde réel et imaginaire. Ses tableaux ont la forme de triptyques dont les volets extérieurs sont similaires à une couverture de livre. Chacun peut les ouvrir pour découvrir le contenu selon son imagination du moment.

Christian Satin Architecte
Architecte depuis 45 ans, il a notamment participé à la restauration du « Vertbois » et du « Grand Curtius » où il expose aujourd’hui. Des photos et des plans de quelques bâtiments construits entre 1970 et aujourd’hui seront également exposés.

Infos pratiques :

- Du 6/2 au 29/3,

- Du lundi au dimanche de 10h à 18h, fermé le mardi,

- Au Grand Curtius.


Retour à la page précédente
1 | 2