“On va vous décortiquer, on est les Crevettes Pailletées”

Ça raconte quoi ?
Après avoir tenu des propos homophobes à la télévision, le champion de natation Mathias Le Goff, est condamné par sa fédération à coacher une équipe de water-polo gay : Les Crevettes Pailletées, pour les emmener aux Gay Games, les jeux olympiques gays.

La pire équipe de l’histoire du sport gay amateur, plus intéressée par l’aspect ludique et sexy de l’équipe que par la pratique sportive.

Au final ça donne quoi ?
Quand on parle de film sur l’homosexualité, c’est généralement tout noir ou tout blanc. La comédie bourrée de clichés qui frôle le malaise ou à l’inverse, dramatique et pas très positif.

Enfin un juste milieu ! Loin des caricatures grasses et déplacées, Les Crevettes Pailletées sont une assez belle représentation de l’homosexualité d’aujourd’hui, grâce à Cédric Le Gallo, co-scénariste et co-réalisateur qui a utilisé sa propre expérience dans une équipe de water polo gay, pour concevoir cette petite merveille de rires, de larmes et de justesse.

Le water-polo, ce n’est peut être pas la discipline la plus connue du grand public, mais le film traite une problématique malheureusement encore trop tabou de nos jours qu’est l’homophobie dans l’univers sportif, et c’est un bon début pour faire changer les choses dans la bonne direction !
Il est facile et tellement agréable de suivre cette équipe au fil de leur voyage. Parfois un peu trash, parfois un peu kitsch, on rit avec mais pas des Crevettes. Simplicité et amitié se mêlent à un joli message de tolérance sans pour autant nous noyer dans une interminable leçon de morale. Sur quelques notes de musique, Les Crevettes devraient mettre (presque) tout le monde d’accord. Émouvant à juste dose, voilà un film qui fait du bien et bien fait .

Coté casting
Un grand bravo au belge Nicolas Gob, dans le rôle d’un champion déchu, à la tête d’une équipe exceptionnelle composée par David Baiot, Alban Lenoir, Michaël Abiteboul, Geoffrey Couët, Romain Brau, Félix Martinez, Romain Lancry et Roland Menou.
Une bande de potes aussi déjantée qu’attachante, et qui une fois hors de l’eau, garde les pieds sur terre.

Note de la rédac’ : Inspirante, moderne et juste. Une comédie réjouissante, dont il ne faut absolument pas se priver !

La p’tite info en + : Les Gay Games existent bel et bien. La première édition s’est déroulée en 1982 à San Francisco (USA)

Prochaines séances : https://www.grignoux.be//fr/film/688/les-crevettes-pailletees

Bon film.


Consultez la liste des Chroniques Cinéma
La programmation cinéma les Grignoux


Suivant : Météo: venue de nuages, peut-être accompagnés d’un peu de pluie
Précédent : Agenda : Apéro Slow

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×