A l’entrée en vigueur de la loi sur les armes en 2006, toutes les armes soumises à autorisation devaient faire l’objet d’une déclaration ou d’un renouvellement de leur titre de détention. Les particuliers qui n’ont pas réalisé cette opération et qui détiennent une arme à feu sans autorisation valable ont jusqu’au 31 décembre 2018, au plus tard, pour régulariser leur situation. Elles doivent prendre contact avec la police locale de leur lieu de résidence afin de convenir d’un rendez-vous pour déclarer l’arme ou le chargeur.

Le gouverneur, Hervé Jamar, explique que si de nombreuses armes sans autorisation valable ont pu être régularisées depuis le début de la période de régularisation, “il y a encore des détenteurs d’armes qui ne se sont pas mis en ordre. Il s’agit d’une dernière chance de le faire.
Il faut également savoir que les chargeurs sont également concernés, qui ne sont plus en vente libre .depuis le 22 janvier 2018 . Les personnes qui en détiennent sans autorisation pour une arme correspondante doivent également se rendre à la zone de police pour les déclarer.

«Après le 31 décembre de cette année, aucune régularisation ne sera plus possible et les détentions illégales d’armes seront dénoncées au Parquet. C’est la dernière possibilité pour les particuliers de se conformer à la législation et d’éviter des sanctions pénales», insiste le gouverneur.
Les contrevenants risquent une peine d’emprisonnement d’un mois à cinq ans et/ou une amende de 100 à 25.000 euros.

Q


Suivant : Le Lidar se trouve quai de Rome
Précédent : La maison-sculpture la plus originale de Liège rachetée par l’ingénieur qui a conçu la passerelle Boverie

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×