Il y a un peu plus de deux ans, les deux organisateurs des Ardentes -qui verrouillent l’asbl Festiv@Liège, organisatrice du festival- obtenaient la concession de la salle Reflektor, place Xavier-Neujean, pour une durée de 10 ans. S’il y avait bien eu une autre marque d’intérêt lors de l’appel d’offres, début 2011, ils furent les seuls à avoir déposé un dossier en bonne et due forme et donc à être désignés comme concessionnaires par le collège communal liégeois. Faute de concurrents.

A l’époque, cette opération avait fait l’objet de critiques. Tout d’abord parce qu’il semblait trop évident pour tout le milieu culturel liégeois que la salle leur était réservée “dans le but de recréer une deuxième Soundstation”. La célèbre salle de concerts de la rue Pouplin avait en effet dû être vendue après un refus de la Fédération Wallonnie-Bruxelles de financer sa relance, qui était pourtant soutenue par la Ville. Fabrice Lamproye, l’un des deux boss des Ardentes, en était l’élément moteur.
Ensuite, parce que l’organisation des Ardentes, en plus du festival, était présente dans un (trop) grand nombre d’institutions culturelles de la Cité ardente: le Manège (Caserne Fonck), Espace Georges Truffaut (Droixhe), festival de jazz, programmation musicale de multiples événements culturels… Ce qui leur valait un reproche de vouloir jouer la carte du monopole sur les concerts live à Liège, via ses alliances privilégiées avec Live Nation.
Enfin, le loyer de 3500€, particulièrement bas pour une telle infrastructure remise à neuf, avait aussi été épinglé par l’opposition communale.

Dans les prochains mois, Fabrice Lamproye et son partenaire Gaëtan Servais (clairement étiqueté PS) pourraient bien à nouveau réussir le même coup gagnant que la salle Reflektor. Mais à Seraing cette fois.
La salle Ougrée-Marihaye (OM), l’ancienne salle des fêtes de Cockerill abandonnée pendant 20 ans, va être totalement rénovée à l’horizon 2018 par la ville de Seraing et la Province. C’est là que Stromae avait tourné son clip “Quand c’est?”. Le montant des travaux est estimé à 4 millions d’euros (soit deux fois plus que pour le Reflektor). Il s’agira d’une grande salle de 1500 personnes debout, une plus petite de 350 personnes et un café-restaurant de 500 places.

Or, selon nos informations, confirmées officieusement par l’administration communale et par un conseiller de l’opposition, l’asbl Festiv@Liège (les Ardentes, donc) est la seule à avoir rendu une offre à la Ville de Seraing pour en devenir le concessionnaire et y organiser des concerts. L’appel à concession est maintenant clôturé. Si peu de gens contestent l’expertise et la compétence des Ardentes, beaucoup s’interrogent quant au fait qu’il n’y aurait plus d’autre opérateur pour proposer des services concurrents dans ce secteur-là. “A partir du moment où on nous faisait comprendre que ça allait être les Ardentes, ben voilà… on n’essaie même pas“, nous confie l’un d’entre-eux, par qui nous avons été alertés du fait que la concession de l’OM semblait “pliée” dès le début.

Plusieurs aspects du projet interpellent. D’une part, les pouvoirs publics -commune et province- vont investir 4 millions € alors que c’est le privé qui va gérer et qui va en retirer les bénéfices. Mais en plus, nous n’avons à ce jour aucune garantie que la ville pourra occuper le bâtiment rénové, alors que c’est elle qui finance la rénovation avec la province. D’ailleurs, le conseil communal ne sera à priori pas consulté pour la rédaction de la convention d’exploitation qui doit fixer les conditions d’exploitation du projet par le privé. Pour nous, ce projet culturel devrait profiter à tous et sa gestion devrait s’effectuer sous le contrôle public de façon transparente. Ce n’est manifestement et malheureusement pas le cas ici“, regrette Damien Robert, conseiller communal PTB à Seraing. Selon une autre source, il apparaît que le futur loyer qui a été discuté jusqu’à présent serait relativement faible et ne correspondrait qu’au remboursement de la rénovation de la toiture.

Ni la Ville de Seraing, ni Eriges (la régie communale qui dirige la mise en œuvre du Master Plan de la vallée sérésienne) n’ont voulu s’exprimer sur le sujet. Ajoutons toutefois que le programme d’accompagnement musical “Ca Balance” de la Province devrait bénéficier de studios de répétition et d’une salle d’enregistrement dans le bâtiment rénové de l’OM. Il reste encore au collège communal de Seraing à examiner l’offre de Festiv@Liège. Après une phase de négociation, une convention pourra être établie.


(La salle en travaux – Photo: Laurent Cavenati)


Suivant : Agenda: Fête de la Musique de mercredi à dimanche
Précédent : Des vendeurs du Primark Médiacité atteints de brûlures en manipulant les vêtements

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×