Le Centre de Prise en charge des Violences Sexuelles (CPVS) de Liège a été créé en 2017 suite à la signature en 2016 par la Belgique de la Convention d’Istanbul qui stipule que les pays qui la ratifient doivent créer sur leur territoire des «centres de référence pour les violences sexuelles». Après une année comme projet pilote, le modèle a été validé par le Gouvernement et est désormais déployé au niveau national. Le CPVS de Liège est installé au CHU -site des Bruyères- et permet une prise en charge holistique et multidisciplinaire, en un seul lieu, des victimes de violences sexuelles. Elles sont donc soignées et peuvent déposer plainte au même endroit, ce qui leur évite un véritable parcours du combattant.

Pour être engagés au sein d’un CPVS et mener à bien cette prise en charge, les membres opérationnels de la police doivent suivre une formation spécifique d’inspectreur-rice des mœurs “CPVS” de 72 heures. Cette formation vient d’être organisée, du 1er au 31 mars, par L’Institut provincial de Formation des Agents des Services de Sécurité et d’Urgence, en collaboration avec l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes,sur le site de la Maison de la Formation de la Province de Liège, à Seraing. Les cours abordaient notamment des questions telles que les aspects juridiques des faits de mœurs, les conséquences psychologiques de la violence sexuelle en phase aigüe (72 heures après le délit), les PV et la constitution des dossiers.

Actuellement, 22 inspecteur-rice-s sont actifs au sein du CPVS de Liège. En 3 ans, de 2018 à 2020, 270 victimes y ont été accueillies, dont 114 en 2020 (sur 244 victimes recensées). Le centre est accessible 24/24 h, 7/7 jour. La prise en charge est gratuite ainsi que le suivi psychologique via 10 séances, en cas de nécessité.


Suivant : Liège-Berlin en train de nuit avec couchettes: ce sera peut-être pour dans un an
Précédent : Feu vert pour la rénovation du stade du Standard et de ses abords

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×