L’ex-député bourgmestre de Seraing, Alain Mathot, est actuellement jugé au tribunal correctionnel de Liège. En juin 2018, il avait déjà été jugé coupable par le tribunal correctionnel de Liège d’avoir reçu 700.000 euros issus de la corruption mise en place dans le cadre de l’attribution du marché de la construction de l’incinérateur Uvelia de Herstal. Mais il avait été absent du procès en raison de la non-levée de son immunité parlementaire et aucune peine n’avait donc été prononcée.

Sans immunité aujourd’hui, puisqu’il ne détient actuellement plus de mandat, il comparaît donc. En tout, c’est deux millions d’euros de pots-de-vin qui ont été mis sur la table, ensuite distribués en commissions diverses entre tous les protagonistes du dossier grâce à un système de fausses factures. En juin 2018 et 2019, une grosse dizaine de personnes avaient été condamnées dans ce cadre par le tribunal correctionnel de Liège à des peines de prison avec sursis, des interdictions professionnelles et des confiscations.

Le parquet a requis hier une peine de 2 ans de prison avec sursis, une interdiction d’éligibilité de 8 ans, une interdiction de commercialité de 5 ans, une amende et une confiscation de minimum 720.000 euros à l’encontre d’Alain Mathot. La prochaine audience, le 14 janvier, verra la plaidoirie de Jean-Philippe Mayence, son avocat (qui avait obtenu l’acquittement lors du procès de Bernard Wesphael).


Suivant : Voici le prix moyen d’une maison et d’un appartement, en hausse en province de Liège
Précédent : L’OPRL annule jusqu’au 1er février mais programme des concerts en live stream

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×