Les souvenirs des sièges qui se transformaient en couchettes pour les longs trajets sont déjà loin. Le dernier train de nuit était parti de Tournai pour amener des pèlerins à Lourdes (France) en juillet 2016. Mais en réalité, les lignes directes de trains de nuit, avec ou sans couchettes, ont été progressivement supprimées en Belgique et n’existent plus depuis une quinzaine d’années. Depuis 2003, exactement, où le dernier train de la société Wagons-lits avait rallié la Suisse. Ce sont les billets d’avion low cost qui ont précipité cette fin.

A Liège, jusqu’en 2003, un train de nuit reliait la gare de Bressoux à l’Italie et au sud de la France. Mais la société de chemins de fer autrichienne ÖBB vient d’annoncer la mise en service d’un train de nuit entre Bruxelles et Vienne dès le mois de janvier, qui passera par Liège. “Il est légitime d’espérer que ce train pourrait y faire une halte, d’autant plus que le train de nuit ne poursuit pas un objectif de rapidité à tout prix”, s’enthousiasment le conseiller communal Pierre Eyben et la députée fédérale Sarah Schlitz.

Les écologistes liégeois ont donc décidé interpeller les autorités locales et fédérales pour leur demander, respectivement, de prendre contact avec ÖBB pour lui signaler l’intérêt de notre ville pour le développement du train de nuit et de demander de relayer cette demande à la société de transport autrichienne. Allant plus loin, Vert Ardent verraient bien la Ville de Liège tirer profit de sa localisation au cœur de l’Europe et devenir un « hub » du train de nuit, que ce soit depuis la gare des Guillemins, ou en relançant une activité sur le site historique des trains couchettes dans notre ville, la gare de Bressoux.
iulleure


Suivant : Nouveau projet immobilier à Cathédrale Nord entre les rues Souverain-Pont et de la Madeleine
Précédent : Réouverture festive de la rue des Carmes

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×