Au cours d’une conférence de presse, la CGSP Cheminots Liège – Verviers – Huy – Welkenraedt (LVHW) a évoqué hier “une grave menace sur la mobilité ferroviaire en Province de Liège”. Selon le syndicat, les trop faibles moyens budgétaires alloués à la SNCB et à Infrabel compromettent à court terme plusieurs lignes de chemin de fer en région liégeoise. Selon eux, il faudrait 250 millions pour entretenir le réseau en 2023 et 2024. Or, le gouvernement met actuellement seulement 105 millions sur la table.

En 2019, le ministre Bellot avait fait indiquer dans la loi l’obligation de maintenir l’intégrité du réseau ferroviaire jusqu’en 2032. Ce qui veut dire que l’on ne peut normalement pas supprimer de lignes avant cette échéance. Mais ce que craignent les syndicats, c’est que la SNCB et Infrabel fassent mourir certaines lignes secondaires à petit feu, en n’investissant plus suffisamment dans l’infrastructure et en limitant les horaires, ce qui les rendra moins attractives.

En province de Liège, la ligne L43 Liège-Marloie et la ligne L37 Liège-Aix, seraient concernées. Mais aussi la L34 entre Glons et Liers, L49 Welkenraedt Eupen, L42 Rivage-Gouvy, L44 Pepinster-Spa et L39 Montzen-Welkenraedt.


Suivant : Météo: temps humide l’après-midi
Précédent : Les commerces ouverts deux dimanches d’affilée pour les fêtes

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×