Hier, on apprenait l’intention du parquet fédéral de saisir 281 camions supplémentaires chez Jost Group (après en avoir déjà saisi 19) soupçonné de fraude sociale et accusé de faire du dumping social. La CSC Transcom saluait cette annonce, espérant que la justice mène des enquêtes similaires chez les autres opérateurs du transport pour mettre fin au dumping social.

Entre 2014 et 2016, Jost Group aurait fait travailler en Belgique plus de 1.100 chauffeurs d’Europe de l’Est… mais selon les conditions de travail appliquées dans leur pays d’origine. Le patron, Roland Jost, et trois de ses collaborateurs avaient été placés sous mandat d’arrêt en 2017.

Finalement, il s”avère que le Tribunal de première instance de Liège avait interdit, le 27 janvier, la saisie des camions supplémentaires, comme souhaité par le parquet fédéral. Cela “afin de protéger les intérêts de l’entreprise, de ses centaines de travailleurs et de ses clients“, selon la société visée.


Suivant : Un cycliste perd la vie dans un accident au pont de Fétinne
Précédent : Action de la FGTB demain devant les sièges liégeois des partis

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×