Il y a un peu moins de deux ans, un tout nouveau radar Gatso RT4 était installé sur un poteau quai de la Boverie, sur l’autre rive en face de la Médiacité. Annoncé et attendu depuis des mois (par certains riverains), l’engin est censé détecter les excès de vitesse mais aussi enregistrer et reconnaître les plaques d’immatriculation grâce à une caméra ANPR et surtout verbaliser les automobilistes qui franchissent le feu au rouge.

La dépense se justifie puisque ce carrefour est en effet réputé très dangereux, à cause de camions qui ne doivent normalement pas y passer et qui roulent parfois trop vite, ou d’automobilistes qui y dépassent largement la vitesse autorisée. Surtout la nuit. Les habitants témoignent: piéton renversé, collision avec embardée, … En 2012, une jeune fille avait été mortellement fauchée par un conducteur en excès de vitesse, qui avait brûlé un feu rouge. Cela avait marqué les esprits. Cinq ans après, c’était au tour d’une dame âgée de 61 ans. Quelques mois après l’installation du radar, un motard était percuté.

Il n’a jamais fonctionné et les automobilistes le savent très bien. Nous avons écrit, protesté… rien n’y fait. Il n’y a aucune volonté politique pour cela. Le bourgmestre avait écrit aux riverains pour nous annoncer avoir accédé à notre demande en l’installant, mais l’astuce est qu’il n’est pas en ordre de marche. Nous avons le sentiment d’avoir été dupés“, peste Joseph, un habitant proche. A la police de Liège, on renvoie vers la police fédérale, puisqu’il s’agit d’une voirie régionale. Mais pas de chance, la police fédérale ne communique plus sur les radars individuels: “Compte tenu de la charge de travail de nos unités, nous devons malheureusement mettre des priorités. L’analyse de ce genre de chiffres prend malheureusement trop de temps (opérationnel) de nos collègues de la police de la route.

Du côté du SPW Mobilité Infrastructures, on indique que le site (carrefour Pont de Huy – N610) est techniquement opérationnel et vérifié par le centre de traitement de la Police (CRT). Alors pourquoi ne fonctionne-t-il pas? “Nous n’avons pas reçu le protocole d’accord“, nous glisse-t-on au cabinet du bourgmestre de Liège.
Confirmation au bureau de la ministre de la Sécurité routière où le porte-parole précise laconiquement que le protocole n’a pas encore été signé entre les différentes parties, sans en préciser les raisons. “Celui sera réglé avant la fin du printemps“, promet-on néanmoins.


Suivant : Météo: le soleil dominera, comme hier
Précédent : Voici la prochaine grande expo à la gare des Guillemins: “Extra Muros, le mur dans tous ses états”

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×