Le tribunal de première instance de Liège a déclaré irrecevable et non fondée, hier, l’action introduite par les associations qui s’opposaient à la destruction de la maison Rigo. Le tribunal n’a relevé aucune irrégularité manifeste dans la procédure de destruction de cet immeuble.

L’argumentation relative aux illégalités soulevées n’est pas fondée. Le juge a notamment souligné dans sa décision qu’à défaut d’illégalité manifeste, le pouvoir judiciaire n’a pas à juger de l’opportunité des décisions prises dans le cadre de l’aménagement du quartier des Guillemins et qu’il n’y a pas lieu de faire la balance des intérêts entre les parties.

Plus rien ne s’oppose donc à ce que le démolisseur Castagnetti ne fasse tomber ses murs, après un dépeçage intérieur qui avait déjà eu lieu.

Les autorités estiment que le bâtiment de style mosan ne présente pas d’intérêt patrimonial car il est construit en “faux vieux”, tandis que ses défenseurs (les ASBL “SOS Mémoire de Liège” et “Le Vieux Liège”) s’indignent de sa prochaine disparition et soulignent que cet immeuble était destiné à être classé alors qu’il avait été inscrit sur la liste de sauvegarde du patrimoine.
Certains conseillers communaux écologistes et libéraux avaient pris position contre sa démolition.

(.Source: Rtbf)


Suivant : Nouveau conseil d’administration de Nethys: plus “pro” mais toujours avec Moreau, regrette Ecolo
Précédent : Un Liégeois à nouveau champion du monde de drones

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×