Deux dossiers controversés sont arrivés sur la table du conseil communal de Grâce-Hollogne la semaine dernière: la création d’un abattoir à volailles et la destruction de la route Saint-Exupéry à Bierset pour “faire de la place” à la Alibaba.

Pour rappel, concernant le premier dossier, le ministre wallon de l’Environnement a accordé un permis en juillet pour la création de cet abattoir malgré une pétition forte de 2.800 signatures et l’avis négatif du conseil communal de Grâce-Hollogne.

La Province de Liège dit de son côté vouloir tout mettre en œuvre afin d’apporter une solution aux petits éleveurs qui doivent effectuer de longs déplacements pour faire abattre leurs bêtes. D’où la nécessité de cette nouvelle infrastructure dont la capacité est fixée entre 150.000 et 200.000 abattages par an. Le projet est annoncé pour l’été 2020.

Le conseil communal de Grâce-Hollogne s’est de nouveau exprimé contre cet abattoir dans le zoning industriel via une motion et a décidé d’introduire un recours au Conseil d’Etat.

Alibaba

Concernant le deuxième dossier, le conseil s’est prononcé en faveur de la destruction de la rue Saint-Exupéry de manière à accueillir le géant chinois. “Cette décision a été soutenue par les élus PS et ECOLO, ceux du PTB s’abstenant. Nous le regrettons amèrement”, fait savoir le collectif citoyen “La Régionale de Liège du Mouvement Demain”, qui considère qu’il s’agit d’un mauvais projet tant du point de vue social que du point de vue écologique. Le collège communal a motivé sa prise de position en insistant sur le fait qu’il s’agissait d’une entreprise porteuse d’emplois.

“Si ceci se réalise, toute l’agglomération vivra un véritable enfer. Le premier problème sera l’explosion du nombre d’avions atterrissant jour et nuit. A proximité du principal aéroport de fret parisien, une étude relayée par le journal Le Monde a calculé une baisse de 40 mois de la vie en bonne santé. Le deuxième problème sera l’explosion du trafic routier. La seule venue d’Alibaba fera passer de 500 à 2000 le nombre de camions empruntant quotidiennement le réseau autoroutier de l’agglomération liégeoise, bloquant des axes déjà saturés et sans doute imposant à terme de nouvelles autoroutes.”

Le montant de la destruction de la route en question est estimé à 1,5 million et non plus à 4 millions, comme annoncé, précise l’agence de presse Belga. Ce coût serait à charge de Liège Airport.


Suivant : Les dames du club de tennis d’Embourg championnes de Belgique pour la première fois
Précédent : Un nouveau centre de 9,6 millions d’euros pour les enfants infirmes à Droixhe

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×