Le gestionnaire du réseau de distribution (GRD) d’électricité et de gaz en province de Liège, Resa, va sortir du groupe Nethys. C’est ce qu’a décidé lundi le conseil d’administration de Finanpart, filiale intermédiaire entre l’intercommunale Publifin et la société Nethys. Un éventuel rapprochement avec le GRD Ores est envisagé. Mais quel serait l’impact d’une telle fusion sur la facture des consommateurs?

Le ministre wallon de l’Énergie, Jean-Luc Crucke (MR), ne pousse pas seulement à un rapprochement d’Ores et de Resa avec l’objectif de créer un seul gestionnaire de réseau de distribution de gaz et d’électricité en Wallonie. Il voit aussi dans cette fusion l’occasion d’uniformiser les tarifs de distribution.

Et cette opération se ferait au détriment du consommateur liégeois, qui bénéficie de tarifs plus bas. C’est ce qu’affirme Damien Ernst, professeur à l’ULiège spécialisé dans l’énergie. Celui du centre-ville verra très vraisemblablement sa facture d’énergie s’alourdir. L’autre, qui habite la province de Liège mais est desservi par Ores, devrait payer nettement moins. Ce n’est pas la bonne gestion de Resa qui fait la différence, mais bien la densité du réseau. Resa couvre un réseau plus urbain, avec une population plus dense, il y a moins de kilomètres de câble, les coûts sont donc moins élevés.

En guise d’exemple, pour un ménage de quatre personnes, qui consomme 3500 kilowatt/heure d’électricité par an:
– à Liège, l’utilisateur dépend de Resa, il paie actuellement 323 euros/an rien que pour la distribution
– son voisin de Verviers, qui dépend d’Ores, paie, lui, 500 euros

(.Source: L'echo, Rtbf)


Suivant : Météo: belle journée, le vent accentuera l’effet de fraîcheur
Précédent : Cours de néerlandais gratuits pour les commerçants liégeois

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×