Alors que le plan SOFICO 2019-2024 prévoit les montants des aménagements pour les bus à haut niveau de service, conformément au plan urbain de mobilité (PUM), les TEC n’ont absolument rien anticipé, soulignent les conseillers communaux (Vert Ardent) Eléna Chane-Alune et Pierre Eyben. Le tram liégeois doit être terminé en 2022, ce qui demandera de réorganiser intelligemment les réseaux actuels d’autobus.

2022 c’est demain et pourtant il n’existe aucun plan du nouveau réseau TEC finalisé ou en passe de l’être. Et le TEC n’a pas davantage prévu de mesures transitoires durant les travaux.“, soulignent les conseillers. En toute logique, ceux-ci ont demandé aux autorités communale de prendre contact avec l’AOT et l’OTW afin de réclamer “en urgence”, la mise en place de navettes au départ de plusieurs parkings en entrée de ville et de demander à la SNCB un renforcement de l’offre sur les lignes secondaires.

L’échevin de la Mobilité, Gilles Foret, a répondu au conseil communal d’hier que les trains “S” de la SNCB (l’offre ferroviaire suburbaine de Liège qui couvre une zone d’environ 30 km autour de celle-ci) allaient faire l’objet d’une campagne de promotion, tout comme l’utilisation du vélo et des trottinettes. Pendant les travaux, une véritable navette fluviale sera mise en place. Pour ce qui est des bus, l’échevin a indiqué qu’il veillera à la mise en oeuvre des recommandations du PUM.

Un réponse peu satisfaisante pour les conseillers Vert Ardent qui relèvent que les TEC n’en sont pour lors qu’à effectuer des comptages… L’offre “S” de la SNCB est en outre vue comme insuffisante, avec un manque d’arrêts urbains.


Suivant : Météo: journée ensoleillée
Précédent : Ouverture de deux nouvelles écoles secondaires innovantes en septembre 2020 ou 2021

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×