Dans la perspective d’accepter de quitter Nethys, son puissant patron, Stéphane Moreau, chercherait à racheter le câblodistributeur Voo avec son propre argent et celui d’autres investisseurs. C’est ce que rapporte l’hebdomadaire Le Vif de cette semaine. Dans le jargon, il s’agit d’un management buy out (MBO) consistant à ce que des cadres reprennent leur entreprise, généralement pour la sauver. Dans ce cas-ci, la question de conflits d’intérêts éventuels se pose pour ce patron d’entreprise qui se trouverait à la fois dans la position du vendeur et de l’acheteur. Quel serait en outre le prix?

Selon Le Vif, le bureau de consultance McKinsey, qui conseille Stéphane Moreau depuis des années (et dont ou doute du coup de la neutralité), a calculé la valorisation de Voo, d’Elicio (éolien offashore) et de Win (informatique) faisant partie de de la galaxie ex-Publifin. “Trois sociétés du groupe Nethys susceptibles de faire l’objet d’un MBO ou d’un rachat d’actifs.”

Le quotidien Le Soir a de son côté relevé, sur base d’une publication au Moniteur belge, que François Fornieri (Mythra), administrateur indépendant de Nethys, avait créé deux sprl le 11 juillet dernier, Ardentia Tech et Ardentia Holding. Stéphane Moreau en est le délégué à la gestion journalière. La première pourrait servir au rachat de Win, société qui ne rencontre pas de difficultés financières. Quant à l’autre, elle pourrait être destinée au rachat des actifs de Voo SA, avec l’aide de Telenet et de partenaires basés au Luxembourg.

(.Source: Photo Printscreen Rtl)


Suivant : Pour la FGTB il faut absolument que les entreprises liégeoises puissent exporter leurs armes
Précédent : Le Lidar est quai Bonaparte

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×