Interrogé mercredi dernier par le député Ecolo Samuel Cogolati sur les risques sécuritaires liés à l’implantation d’Alibaba à l’aéroport de Liège, le ministre de la justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD) avait confirmé les craintes d’espionnage, de fuite de données sensibles, possibles pressions (géo)politiques, etc.
Stop Alibaba &co rappelle que, dès l’annonce de l’accord en 2018, certaines voix avaient déjà souligné ce risque.

A côté de cela, il ajoute que “les demandes de permis sont introduites au compte-goutte, pour éviter d’avoir à réaliser une enquête publique et une étude d’incidences sur l’ensemble du projet” et que “cet accord a été conclu alors que l’aéroport doit renouveler son permis d’exploiter et faire valider un nouveau plan de développement pour les prochaines décennies.
Du coup, le collectif réitère son appel à instaurer immédiatement un moratoire sur ce projet, et sur l’extension de l’aéroport en général, afin de permettre la réalisation d’une véritable étude d’incidences globale, le seul moyen de s’assurer qu’un choix de développement aussi décisif pour l’avenir de notre région puisse se faire en toute connaissance de cause.


Suivant : Les véhicules de la zone de police bientôt sous contrôle géolocalisé
Précédent : Une donnerie pour les familles monoparentales sera ouverte pendant un mois

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×