Le collectif Ry-Ponet se bat contre la proposition de la société Neufcour SA de construire 520 logements sur 35 hectares sur un espace vert (inscrit au plan de secteur en zone d’habitat et zone d’habitat à caractère rural pour partie) à Chênée.

Les deux revendications centrales du collectif sont l’organisation d’un concours de Masterplan (plan directeur) sur l’espace du parc paysager du Ry-Ponet dans son ensemble, et l’instauration d’un moratoire sur tout projet immobilier sur la zone du parc dans l’attente de ce masterplan.

Deux revendications que Vert Ardent s’engage à porter si le groupe est en responsabilité politique au lendemain du scrutin d’octobre 2018 : “Nous sommes favorables à de nouvelles constructions sur le territoire de la ville. Mais nous estimons qu’il faut donner la priorité aux lieux accessibles en transports en communs et à la mobilité douce, ainsi qu’à la réaffectation des friches (nombreuses). Concernant Chênée, nous pensons notamment aux sites dits « MIO » et « LPB » proches de la gare d’Angleur, bien desservis en transports en commun, et proches du RAVEL”, affirme-t-il.

“Outre un plan directeur, nous demandons par ailleurs une étude sur le coût du dédommagement si le terrain actuellement en zone habitable et propriété de Neufcour SA était requalifié en zone non constructible. En tout état de cause, seules des constructions, en nombre limité, situées en couronne du site et destinées à tisser un lien entre les quartiers voisins et ce poumon vert nous semblent envisageables à terme.”

“Enfin, il nous semble crucial de développer les utilisations « vertes » du site. C’est pourquoi nous proposons de créer une ferme pédagogique à la ferme Saint-Anne. Un tel outil permettant à nos enfants de se sensibiliser au respect de la nature et à l’importance d’une alimentation saine et locale manque aujourd’hui cruellement en rive droite.”


Suivant : Météo: nuages épars et bruine
Précédent : La rue Joffre en travaux

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×