J’habite le Thier-a-Liege. Ces terrains sont la richesse du quartier. Ces jardins permettent à des familles de s’occuper sainement, de se nourrir,… Pourquoi les supprimer ? Par quoi les remplacer ? Nous méritons des explications !“, résume Lise, l’une des signataires. La pétition, qui a déjà récolté 1.300 signatures, demande au collège communal de revoir sa position et de continuer à mettre ces parcelles en location.

Le 4 juin, la Ville a en effet envoyé un courrier aux 67 locataires des potagers loués au Thier-à-Liège par sa Régie foncière (contrats précaires à loyer modique) leur demandant de quitter les lieux dans trois mois car la terre est polluée. D’après des analyses de sol effectuées par la société SBS, des taux anormaux en zinc, en cuivre, en cadmium et surtout en plomb ont été mesurés sur une quinzaine de parcelles Le taux maximal autorisé pour un usage agricole y est dépassé.

Cette problématique rappelle celle du “Coin de terre”à Bressoux où les jardiniers ont finalement pu rester moyennant des recommandations. Et, au Thier-à-Liège, les cultivateurs domestiques souhaitent également pouvoir continuer: “Certains terrains sont cultivés depuis plusieurs générations, sans qu’aucune maladie n’aient été détectée dans les familles qui se nourrissent exclusivement des légumes issus de ces jardins. (…) Nous sommes prêt a dégager la Ville de Liège de toute responsabilité concernant les risques sanitaires et à nous adapter à de nouvelles réglementations qui nous permettraient de continuer à louer ces terrains”, peut-on lire dans la pétition.

Depuis la naissance des premiers jardins ouvriers, à la fin du 19e siècle, on compte un peu plus de 200 parcelles de « jardins familiaux » à Liège. Sans compter les jardins privés des particuliers, en intérieur d’îlots. Ceux-ci sont confrontés à deux difficultés: la présence de polluants -dont des métaux lourds- dans les sols liégeois et la pression immobilière. Cette dernière pousse d’ailleurs certains habitants à se questionner sur ce que deviendront ces terrains essentiellement situés en zone à bâtir au Thier-à-Liège s’ils sont abandonnés. Des lotissements?

La pétition se trouve ici.

(Photo: Le chaînon manquant)


Suivant : Météo: éclaircies et (risques d’) averses en alternance
Précédent : Attaque informatique: les services communaux accessibles sur rendez-vous

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×