Un accord est tombé vendredi dernier chez Skeyes. Il définit, entre autres, le travail et les services de nuit à CANAC (Approach et Area Control Center) ainsi que dans les tours. Il tient compte, dit la société, des préoccupations exprimées par le personnel tout en garantissant la continuité du service.

Ainsi, pour les contrôleurs aériens d’une unité qui effectuent un nombre minimal de services de nuit par an, une réduction du temps de travail de 35 heures à 32 heures est prévue pour CANAC et à 30 heures pour Liège, où deux fois plus de services de nuit sont prestés. Les services de nuit sont raccourcis de 10 heures à 8 heures. La prime pour les services de nuit est adaptée. Un dispositif de stand-by est mis en place pour les services de nuit, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent, ainsi qu’un système d’enregistrement du temps de travail.

Des consultations ultérieures avec les organisations syndicales seront réalisées afin d’élaborer concrètement un certain nombre de mesures. “Les négociations ont été longues et difficiles, mais les positions ont pu converger et un compromis a été trouvé qui concilie au mieux tous les objectifs”, ajoute l’entreprise en charge de la sécurité et l’efficacité du trafic aérien en Belgique.

Une majorité des deux tiers s’est dégagée en faveur du texte, précise Dominique Dehaene, porte-parole de l’entreprise, dont les représentants ont voté oui, tout comme les deux syndicalistes socialistes de l’ACOD. L’ACV-Transcom, pendant flamand de la CSC-Transcom et principal syndicat au sein de Skeyes, ne l’a toutefois pas soutenu.


Suivant : Les bâches autour du Perron vont bientôt être enlevées
Précédent : E40/A3 – Cheratte-Barchon : modification des conditions de circulation suite au projet ALEGrO

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×