Près de dix ans après l’ouverture d’une instruction judiciaire, le procès du dossier relatif à l’incinérateur Uvelia d’Intradel, à Herstal, va s’ouvrir en décembre prochain. Il durera plusieurs mois, le jugement étant attendu en septembre 2018 -sauf retard. Huit inculpés seront sur les bancs du tribunal, soit tous sauf Alain Mathot, dont l’immunité parlementaire n’avait pas été levée par la Chambre.

Le député-bourgmestre de Seraing était soupçonné d’avoir empoché certaines commissions de la part d’Inova France et était dès lors inculpé pour avoir participé à une organisation criminelle, mais aussi pour faux et usage de faux, détournements de biens sociaux et corruption passive.

Alain Mathot pourrait toutefois être cité à la barre par le ministère public ou par les avocats des autres prévenus. C’est le juge en charge du procès qui aura le dernier mot pour autoriser ou non la convocation de ce témoin. Il est toutefois possible qu’on ne lui fasse pas prêter serment (afin, éventuellement, qu’il ne s’auto-incrimine pas). Mais il pourrait aussi faire usage de son droit au silence.

Lire aussi: Alain Mathot choisira-t-il sa ville de Seraing, l’indépendance ou son immunité parlementaire?

(Source: La Meuse)


Suivant : Dimanche, l’orchestre philharmonique ouvre ses portes
Précédent : Trois ingénieurs-chimistes de la KUL affirment que Tihange 2 doit être fermé

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button