Il aura fallu attendre plusieurs années pour voir le projet enfin porté sur grand écran. De démissions d’acteurs en renonciations de réalisateurs, le film a bien failli ne jamais voir le jour. Et pourtant ces 8 années en valaient la peine !

Bohemian Rhapsody, c’est l’histoire de la naissance et de la montée en puissance du mythique et cultissime groupe Queen. Les débuts galères, les petits concerts et la gloire, jusqu’au concert Live Aid de 1985 au Stade de Wembley, quelques années avant la mort de son chanteur légendaire.

Mais ce biopic est principalement axé sur Freddie Mercury. De son arrivée au groupe à ses derniers jours, on découvre un homme passionné, investi, sensible mais aussi capricieux et colérique.

Telle la chrysalide qui devient papillon, Farrokh Bulsara de son vrai nom, va se métamorphoser de chansons en concerts, pour devenir l’icone que l’on connait. Mais ce succès, un peu trop brutal pour cet homme qui essaye de trouver sa place, va l’amener inévitablement à brûler la chandelle par les deux bouts.

Ses parents immigrés, sa sœur, les traditions, Mary l’amour de sa vie… Le film survole également ses instants de vie privée oscillant entre solitude et incertitude. Quand les lumières s’éteignent, ne reste bien souvent que des fêtes sans limites, un entourage parfois mal intentionné et des chats.

Coté casting
And the oscar goes to… Rami Malek ! Pas facile d’incarner une légende et pourtant l’acteur offre une prestation époustouflante, un mimétisme impressionnant, la gestuelle est parfaite et l’élocution quasi identique grâce à une prothèse dentaire.
Impossible aussi de passer à coté de Gwilym Lee, interprète grandiose de Brian May, celui qui derrière les rideaux va tenter de maintenir le groupe et servir de garde-fou à Freddie.

Coté chant
S’il peut s’avérer risqué d’incarner une légende, il l’est encore plus d’essayer de chanter comme elle. Mais le chanteur canadien Marc Martel sosie vocal de Freddie Mercury, recruté en personne par le reste du groupe, réussi assez bien l’illusion, puisque soyons honnêtes, le seul à pouvoir chanter comme Freddie Mercury, c’est Freddie Mercury ! (Que vous entendrez durant ces 2 heures, rassurez-vous)

Au final ça donne quoi ?
Si vous n’aimez pas Queen, que vous ne supportez pas le rock et l’excentricité, passez votre chemin. Car qui dit rock star dit film au tempo enflammé. Dans les coulisses, sur scène, en studio,… Laissez-vous emporter par le rythme, une puissance émotionnelle qui fait autant pleurer de rire que pleurer de tristesse; et entre deux chansons, reprenez votre souffle.

S’il n’y a vraiment qu’un gros point négatif à souligner, c’est la frustration de devoir rester assis/e et silencieux/se lorsque que les mélodies résonnent (difficile, sauf si les personnes dans la salle partagent votre enthousiasme). Taper 2 fois du pied et 1 dans les mains, oui mais en douceur ; pour la session karaoké il faudra attendre le retour à la maison.

Note de la rédac’ : Un film tout public, une volonté du groupe, qui n’a pas approfondit le coté « sex & drugs » ; mais qui n’enlève rien à l’histoire rock’n’roll de Queen.

The show must go on !!! (Et sortez couverts)

Prochaines séances : https://www.grignoux.be//fr/film/435/bohemian-rhapsody

Bon film.


Consultez la liste des Chroniques Cinéma
La programmation cinéma les Grignoux


Suivant : Météo: passages nuageux
Précédent : Manifestation des Gilets Jaunes: le mouvement se poursuit à Wandre et Sclessin ce 19 novembre: “Ils veulent aller au finish”

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×