La communauté universitaire votera les mardi 24 et mercredi 25 avril pour l’élection du futur recteur de l’ULiège. Celui-ci prendra ses fonctions le 1er octobre prochain pour un mandat de 4 ans. Le vote se déroulera selon le suffrage universel pondéré, les voix du personnel académique comptant pour 65%, celles du personnel scientifique pour 10%, celles du personnel administratif pour 10%, celles des étudiants pour 15%. Le vote étant organisé sur papier et en présentiel (il faudra se déplacer puisqu’il n’y a plus de vote sur internet), certains observateurs considèrent que sont pour l’essentiel les académiques qui iront voter.

L’actuel recteur, Albert Corhay avait laissé entendre qu’il ne ferait qu’un seul mandat de quatre ans. Finalement, il se présente pour un nouveau mandat, sur la base d’un nouveau décret FWB.

Le doyen de la faculté de Sciences appliquées, Pierre Wolper, a aussi fait acte de candidature. Et Éric Haubruge, l’actuel premier vice-recteur, avait choisi de se ranger derrière lui. Et donc contre le recteur, dont il est toujours le premier collaborateur.

Le 16 mars, la communauté universitaire était informée par le commission électorale de l’impossibilité pour E.Haubruge d’être proposé à un nouveau mandat de vice-recteur. “Celui-ci est donc inéligible à une nouvelle fonction de vice-recteur“, indiquait ladite commission. Et pour que le programme du candidat Pierre Wolper puisse être officiellement publié, la mention d’Eric Haubruge proposé au titre de vice-recteur indiquée dans le programme du candidat Pierre Wolper avait dû être retirée. La loi dit en effet que le mandat du recteur et du ou des vice-recteurs n’est renouvelable qu’une fois. Or, avant de devenir premier vice-recteur, Eric Haubruge a été, de 2009 à 2014, vice-recteur du site de Gembloux, à la suite de la fusion avec l’ULiège. Si certains considéraient que cela “ne compte pas”, la commission électorale n’est manifestement pas du même avis.

«Malgré cette incertitude – qui mérite selon moi une analyse approfondie –, Éric Haubruge reste plus que jamais dans cette équipe», indique toutefois le candidat Wolper sur son blog. “Ce qui me frappe dans cette histoire ne sont pas les aspects légaux, mais les aspects humains. Mon intention de présenter Eric Haubruge comme Vice-Recteur était bien connue depuis au moins un mois, mais personne dans l’Université n’a attiré son attention, ni la mienne, sur ce problème qui est maintenant présenté comme évident. Qu’il soit soulevé par une réclamation introduite au moment du dépôt des candidatures, et avant la publication des programmes, relève de la guerre tactique électorale où l’on tente de saper les concurrents.

Eric Haubruge, se dit sans voix: “On me jette comme une vieille chaussette à la poubelle sans aucune explication. J’ai un peu l’impression d’être trainé dans la boue.

Lire aussi: Le recteur de l’université veut être réélu: une partie de son équipe se présente contre lui

(.Source: Today In Liège)


Suivant : Le mouvement Vert Ardent se fissure
Précédent : Le CA de Nethys confirme un désinvestissement de projets au Congo

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×