Ce samedi 10 octobre, le Makro d’Alleur est resté portes closes. En front commun syndical, les travailleurs ont en effet décidé de partir en grève à la suite “des refus répétés de la direction d’ouvrir une concertation sur la réorganisation des magasins”.

Raymond Vrijdaghs, secrétaire permanent CNE, explique: “Cela fait deux mois que nous réclamons une concertation préalable, en vain. La direction entend imposer le plan qu’elle a imaginé sans la moindre négociation, un plan dont le personnel est la victime, un plan qui détériore les conditions de travail et déshumanise les magasins. Pour tenter d’avancer, nous avons demandé la tenue d’un bureau de conciliation, demande, elle aussi, refusée par Makro ! L’employeur nie totalement le modèle de concertation belge, un modèle qui a pourtant fait ses preuves.”

Ceux de Lodelinsart, de Deurne, Machelen et de Sint-Pieters-Leeuw ont connu le même sort.


Suivant : Les premiers box sécurisés pour vélos enfin à Liège
Précédent : Le circuit de Spa-Francorchamps va doubler sa capacité d’accueil: 13.000 nouvelles places sont prévues

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×