En réalité, il s’agit de châtaignes chauffées et donc attendries, que nombre de visiteurs de la foire aiment déguster une à une dans un cornet en papier. Situé près de la grande roue, cela fait plus d’une vingtaine d’années que Christian Claessen (62 ans) était le seul vendeur de marrons de la foire de Liège. Il avait d’ailleurs repris le stand que son beau-frère avait lancé une dizaine d’années plus tôt.

Alors qu’il était annoncé cette année parmi les métiers présents sur le champ de foire du boulevard d’Avroy, nombre d’habitués ont été surpris de ne pas le retrouver à son endroit habituel. En réalité, ce professionnel de la vente de nourriture en commerces ambulants a été sinistré par les inondations au mois de juillet. Habitant l’une des rues touchées à Verviers, il a vu ses 7 remorques mises hors-service: rampes de gaz remplies d’eau, accessoires écrasés par un mur mitoyen qui s’est écroulé,…

J’étais très déçu de ne pas être là cette année. D’autant que nous sommes très amis avec les forains. Mais le délai était trop court pour une remise en état pour la foire d’octobre“, regrette Christian. “C’est promis, mon fils et moi on sera là l’an prochain !“.

D’ici-là, on le retrouvera normalement sur le Village de Noël à partir du 26 novembre où il vend hot-dogs, saucisses, fricassées… mais pas de marrons puisque ce ne sera plus la saison. “Je remue ciel et terre pour avoir mon matériel en état“, assure-t-il. Pour regagner un peu du chiffre d’affaires qu’il a perdu à cause du Covid et des inondations.

(Photo: Universdeclaude)


Suivant : Météo: nébulosité variable avec risques d’averses et éclaircies
Précédent : Y a-t-il vraiment eu nombre de disparitions, meurtres et bagarres dans le Carré ces derniers jours ?

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×