Du mercredi 27 (7h00) au jeudi 28 mars (7h00), les étudiants de l’université sont officiellement appelés à élire 60 représentants qui siégeront, pour un mandat d’un an, au Conseil des Étudiants. Celui-ci désignera ensuite les représentants dans divers organes de l’Institution (Conseil d’administration,Conseils des études, …), aux Conseils de Faculté/École et au Comité de Gestion du campus de Gembloux. “Essentiel”, la liste qui gagne chaque année les élections étudiantes depuis au moins 2014 a cette fois-ci commis une grosse bourde qui l’empêche de proposer ses candidats au scrutin de la semaine prochaine.

La leçon est sèche et triple pour les étudiants. Ils retiendront qu’il ne faut pas se laisser anesthésier par le pouvoir, que les délais ont leur importance et que les règles ne sont pas à géométrie variable. En effet, selon le règlement et le calendrier électoraux, ils devaient déposer les documents de candidature au plus tard le 25 février 2019. Or, chez Essentiel, ils sont arrivés un heure et demie en retard. Et les recours ultérieurs, pourtant déposés par les deux listes concurrentes, ont été refusés par la commission électorale qui est restée attachée au strict règlement.

La Fédé pourrait ne plus exister pendant un an

Résultat: puisque, cette année, la liste “Ensemble” a décidé de ne pas déposer de candidature, les 60 candidats de la liste “Appel” pourront être élus d’office, pour autant que le quorum de 20% de votants soit atteint “Un arrangement a été convenu entre les deux listes afin que les administrateurs d’Essentiel, qui siègent actuellement à la Fédé, puissent être cooptés. Tous les candidats de la seule liste restante ne seront en effet pas motivés à siéger. Les quelques personnes de l’équipe précédente qui resteraient à la fédération des étudiants pourraient alors permettre d’assurer le suivi des dossiers et une bonne transition“, nous explique-t-on à la Fédé où l’on stigmatise “l’extrême complexité juridique et la mauvaise élaboration du règlement électoral. Un règlement, certes, voté par quatre étudiants au sein de l’organe paritaire, mais qui ne bénéficient pas automatiquement des connaissances juridiques les plus approfondies.
La situation, en tout cas, est inédite et risque de se révéler compliquée.

Cette liste doit à tout prix rassembler 20% de participation aux élections (ou 15% au second tour). Sans cela, la Fédé ne sera plus considérée comme un Conseil Etudiant et risque de perdre son financement auprès de l’université. De nombreux avantages seront dès lors compromis durant l’année académique 2019-2020, tels que les subsides aux cercles, la permanence de trois employés à mi-temps ainsi que l’organisation de l’Unifestival et du Bal ULiège. C’est pourquoi les étudiants sont vivement invités à prendre toute la mesure de l’importance de ces élections… jouées d’avance, sauf pour ce qui est des scores personnels.


Suivant : Météo: même temps qu’hier
Précédent : Les parents réclament la fin des barquettes en plastique pour les repas des crèches

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×