Il y a quelques jours, l’on apprenait que le marché de Noël de Bruges avait été rebaptisé “marché d’hiver” sur décision de la fédération des marchands de la ville. En réalité, cela fait deux ans que la nouvelle appellation est utilisé dans la mesure où le terme “hiver” évite de faire référence à la tradition chrétienne et n’exclut donc aucune confession religieuse. A Bruxelles, il s’agit de “Plaisirs d’hiver”. et des villes comme Gand, Anvers et Hasselt emploient également le mot “hiver” à la place de “Noël”.

Alors, qu’en sera-t-il pour le plus grand et le plus ancien marché de Noël du pays, celui de Liège? “Je n’ose même pas évoquer l’idée“, nous a répondu Pierre Luthers, le directeur de l’asbl Enjeu qui gère la manifestation se déroulant du 30 novembre au 30 décembre. “Au contraire! Nous nous érigeons en défenseurs de la tradition des villages de Noël et le conseil villageois, qui dirige le côté folklorique et défend les traditions wallonnes et liégeoises lève les yeux au ciel lorsque l’on évoque l’idée“.
Pour lors, cela ne semble donc pas à l’ordre du jour et la crèche avec Marie, Joseph et le petit Jésus aura donc toujours sa place au milieu des chalets. Avec l’âne et le bœuf qui, eux, ne sont pas encore menacés.


Suivant : Agenda : Patrimoine et Biologie
Précédent : La Ville lance InterG: des kots à 200 € chez des particuliers pour les étudiants en difficultés

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×