Depuis plusieurs éditions, le système de jetons bleus utilisé par les Francofolies de Spa (qui démarrent ce jeudi et proposent encore une belle affiche) était resté le même. Cela permettait à pas mal de gens de ne pas s’inquiéter d’en avoir encore en poche à la clôture du festival, puisqu’ils pouvaient les conserver pour acheter des boissons d’année en année.

Profitant des changements d’implantation, les organisateurs ont choisi d’instaurer cette fois l’utilisation du bracelet à puce NFC pour tous les festivaliers. Il s’agit d’un porte-monnaie électronique sécurisé que l’on pourra recharger -même à l’avance- dans son bracelet et, en fin de festival, le solde sera remboursé sauf 2€50 de frais.

Mais ce changement, qui peut être perçu comme une avancée par rapport à d’autres festival, ne passe pas auprès de certains habitués des Francos qui, du coup, ne pourront pas utiliser les jetons qu’il leur reste de l’année précédente. Sans avoir été prévenus. ” A la fin du festival l’an dernier j’ai demandé et on m’a dit de garder mes jetons pour cette année car ce serait de toute façon les mêmes. Il m’en reste 15! Je ne trouve pas normal qu’ils soient perdus“, peste Stéphanie, parmi d’autres réactions sur les réseaux sociaux.

L’organisation des Francos se retranche derrière son prestataire de service. “Les jetons appartiennent au concessionnaire des bars (la société MMD) et non aux Francofolies. Le concessionnaire a décidé de ne pas les reprendre et ne les remboursait de toute façon pas comme stipulé sur les containers l’an dernier“, justifie-t-elle, photo à l’appui. Il reste que “non remboursable” ne veut pas dire forcément “non réutilisable”… surtout lorsque ce fut le cas chaque année auparavant. Mais un problème de faux jetons est aussi évoqué.

Les fidèles du festival, eux, réclament un geste pour pouvoir ajouter la valeur de leurs jetons restants au solde de leur bracelet électronique.


Suivant : Oxfam touche un legs d’ 1,2 million d’euros
Précédent : Avions bruyants à Liège: principalement à cause du vent

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×