Le décret, rédigé par le gouvernement MR-cdH dans la foulée du scandale Publifin et des recommandations faites par la commission d’enquête parlementaire qui a suivi l’affaire, vise à couper les liens qui existent entre Resa et Nethys pour raccrocher le gestionnaire du réseau de distribution liégeois de gaz et d’électricité directement à l’intercommunale Publifin. Il entend aussi interdire à un GRD d’avoir des activités concurrentielles comme de la production d’énergie.

Mercredi matin sur Bel RTL, Willy Demeyer, le bourgmestre de Liège, avait exprimé son opposition: “ce décret porte gravement atteinte aux intérêts des communes liégeoises et de la province de Liège. Cela va générer un certain nombre de catastrophes! Les consommateurs liégeois vont payer plus cher leur électricité: les 8 millions perdus par an par Resa vont être répercutés sur leur facture“.

Les 5 députés socialistes principautaires, partageant son avis, ont donc voté contre. Il a été adopté grâce à la majorité MR-cdH, avec l’appoint de l’opposition Ecolo.

Il est à noter que les députés PS liégeois (Déborah Géradon, Christie Morreale, Alain Onkelinx, Maurice Mottard et Mauro Lenzini) n’ont pas été suivis par les élus liégeois des fédérations de Verviers et de Huy-Waremme, dont les communes sont aussi actionnaires de Publifin. Ces derniers se sont abstenus comme le reste du groupe socialiste.

Le député wallon (cdH) Benoît Drèze s’insurge, dans La Libre, contre la position de ses collègues PS: “On entend des membres du PS dire que cette fusion coûterait 8 millions à Resa et que, si on ne donne pas de l’argent public à Resa, cette somme devrait être récupérée au détriment des consommateurs liégeois. Mais c’est faux et en plus c’est immoral ! D’abord si on change les règles avec le nouveau décret, c’est parce qu’à Liège, il y avait des irrégularités voire des illégalités. Maintenant, on est en train de dire qu’il faut indemniser parce qu’on ne peut plus rien faire d’illégal…

Et de poursuivre: “En plus, contrairement à ce que dit le PS liégeois, le nouveau décret n’empêche pas l’activité industrielle. Si Resa fait des bénéfices, rien n’interdit aux actionnaires, les communes, de décider d’investir leurs dividendes dans des initiatives industrielles. La seule différence, c’est que cela se ferait en toute transparence. Le nouveau décret va ramener beaucoup de clarté et faire en sorte que chacun respecte les règles du jeu. Vous savez, la commission Publifin ne se limite pas aux comités de secteurs. C’était juste un point de départ qui a permis aux commissaires de mettre en lumière un tas de problèmes. (…) Avec ce décret, le parlement wallon siffle la fin de la récréation. Le décret prévoit des procédures et des sanctions claires. Fini le temps où Stéphane Moreau et ses amis activaient leurs relais pour orienter les législations et, à défaut, organisaient des montages pour les contourner”, conclut-il.

(.Source: L'echo, La Libre)


Suivant : Elections rectorales à l’université: victoire de personne
Précédent : Le Carrefour de Belle-Ile fermé ces vendredi et samedi

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×