Une dizaine d’anciens membres du conseil d’administration de l’intercommunale liégeoise Publifin (aujourd’hui Enodia) vont être jugés pour détournement commis par une personne exerçant une fonction publique et prise d’intérêt. Appartenant aux quatre formations politiques traditionnelles, ils ont refusé de payer la transaction demandée par le parquet général pour éteindre l’action publique par rapport aux rémunérations perçues abusivement dans les comités de secteur de Publifin. Ils risquent des peines de prison.

Parmi eux, l’ex-député provincial Georges Pire (MR) et l’actuel échevin en charge de l’Instruction publique et de la Petite Enfance Pierre Stassart (PS). Ils étaient tous les deux très impliqués dans la structure de l’intercommunale qui leur a versé d’importantes rémunérations pour des réunions auxquelles ils n’ont pas toutes participé.
Une première audience procédurale a eu lieu hier.

Cela prendra plusieurs mois avant que l’on puisse savoir si les prévenus, qui sont présumés innocents pour le moment, ont eu raison de refuser la transaction pénale que la majorité des autres administrateurs Publifin qui étaient dans le même cas ont acceptée. L’intercommunale a jusqu’à présent demandé le remboursement de plus ou moins 290.000€ sur le million d’euros net perçu par les 26 membres des comités de secteur.
26 transactions pénales (170.000€ au total) ont été acceptées jusqu’à présent et trois vont l’être l’être.


Suivant : Météo: vers la fin de la grisaille
Précédent : Enlèvement des arbres place des Carmes: “le problème, c’est le béton!”

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×