Annulé en 2020 et 2021, principalement à cause des mesures restrictives liées au Covid, le European Circus Festival passe une fois de plus à la trappe. C’est ce que nous a annoncé hier à regret son directeur, Stefan Agnessen. Il faut dire que cette année encore, les problèmes s’empilaient. Il y a d’abord l’augmentation des prix de l’énergie, déjà évoquée l’an passé, qui fait gonfler les coûts pour maintenir le chapiteau à une température correcte. “De 20.000€ on passerait à 100.000€. On chauffe au mazout, mais on a aussi besoin d’électricité pour actionner le système et pour alimenter les caravanes.”

Autre problème de taille: c’est une troupe de Kiev (le Bingo Circus Theatre) qui avait été engagée pour assurer le cœur du spectacle avec, aussi, des artistes russes. A cause de la guerre qui sévit actuellement sur le territoire ukrainien, ces artistes ne sont pas disponibles. “C’est d’autant plus dommage qu’ils s’entendaient super bien au cirque“, regrette le directeur, en pestant sur la politique. L’orchestre était par ailleurs lui aussi ukrainien.

Enfin, tout comme l’an passé, Stefan Agnessen craignait les soucis liés au chantier du tram: “Ca semblait un peu compliqué à l’emplacement habituel du chapiteau mais en plus, on n’aurait pas eu de parking pour les autocars. Or c’est difficile de devoir retarder des représentations pour attendre les clients.

Bref, les problèmes étaient trop nombreux que pour se lancer dans cette 30e édition tant attendue. Habituellement à cheval entre les mois de décembre et janvier, le festival pourrait à l’avenir changer de date et se tenir au printemps. C’est en tout cas l’une des pistes explorées pour éviter de plomber le budget en frais de chauffage. Quitte à devoir se mettre à l’écart de la magie des fêtes de fin d’année.


Suivant : Météo: éclaircies le matin et averses l’après-midi
Précédent : Bientôt une nouvelle identité pour le CHU et la Citadelle en passe de fusionner

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×