Il y a 5 ans, une commission tripartite (ArcelorMittal, Région wallonne et syndicats) avait décidé d’une “mise sous cocon” de l’outil industriel délaissé par ArcelorMittal en région liégeoise : concrètement, elle s’engageait ainsi à protéger jusqu’au 1er avril 2019 les différents équipements et installations, dans la perspective de leur remise en service ultérieure. Ce mardi 11 décembre, la commission a décidé de la levée de ces cocons sur Chertal (sauf Train à large bande qui occupe une petite partie du site), les Haut Fourneau B à Seraing, HP3 et HP4 à Marchin, ainsi que des installations à Tilleur et à Ramet.

Pierre-Yves Jeholet, ministre wallon de l’économie et de l’industrie, explique qu’Arcelor Mittal lui a fait part de sa décision de ne pas relancer d’activité en région liégeoise à l’issue des mises sous cocon. Celles-ci étant ainsi rendues caduques, vont être levées mais à condition qu’une décision soit prise par les 3 parties de l’accord de 2014, ce qui vient d’être fait, et qu’ArcelorMittal commence sans délai la réhabilitation de ces sites.

En effet, explique le ministre, “une levée anticipative des cocons n’a de sens qui si les cinq mois sont mis à profit pour accélérer le travail de réaffectation afin que les terrains deviennent à nouveau disponibles et adaptés à accueillir une nouvelle activité économique ou autre.


Suivant : Zéno, l’ancien Klinkenberg Energy, arrête la fourniture d’énergie pour les particuliers
Précédent : Le chauffard qui a percuté la sexagénaire a été interpellé hier

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×