Le PS a placé, dans les 10 priorités de son programme électoral, la candidature de Liège au titre de capitale culturelle… en 2030. Un mouvement populaire, porté par l’artiste plasticien Alain De Clerck avait jadis soutenu une telle candidature pour 2015. Mais elle n’avait pas été soutenue par les autorités communales dans la mesure où un accord politique avait promis à Mons cette distinction d’une année et ses nombreuses manifestations financées par l’Europe.

Alain De Clerck, qui est aujourd’hui candidat sur la liste Vert Ardent, balance entre l’étranglement et l’intérêt pour une relance du projet. “En 2030, selon la règle, ce sera “au tour” de la Flandre et l’on doute que celle-ci laisse passer sa chance comme nous l’avons fait“, relève-t-il en rappelant “les trésors d’imagination déployés par le PS liégeois pour empêcher la candidature de la ville en 2015 et laisser la place à Mons pour ne pas déplaire à son président de parti“.

Mais il ajoute: “Si la consultation du secteur devait être positive, il faudra alors désigner rapidement un directeur artistique expérimenté et lui donner les moyens de cette nouvelle ambition. A titre personnel, j’estime qu’une candidature sérieuse ne sera crédible que si Liège se dote rapidement d’un centre d’art contemporain“.


Suivant : Le président du Commerce Liégeois devra démissionner s’il est élu
Précédent : 4e grande soirée de la ville de Liège

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×