Depuis hier, les étudiant·es et membres du personnel de l’université de Liège ont la possibilité de réaliser un autoprélèvement salivaire hebdomadaire visant à détecter la présence du SARS-CoV-2. Des kits de tests salivaires mis au point par l’ULiège sont en effet distribués.

L’institution a a été subdivisée en sous-groupes constituant des ensembles cohérents, caractérisés par la proximité de leurs membres et une plus grande régularité des contacts rapprochés. Chaque sous-groupe sera testé une fois chaque semaine. et plusieurs sous-groupes sont testés parallèlement chaque jour, du lundi au vendredi. Le laboratoire de l’ULiège a la capacité d’effectuer 6000 tests par jour, de telle manière à tester potentiellement toute la communauté universitaire (30.000 personnes) chaque semaine.

Cette subdivision permettra de surveiller étroitement l’évolution de la propagation du virus et de détecter d’éventuels foyers préoccupants de contamination. L’anonymat au sein du sous-groupe restera garanti mais un numéro de code-barres sur une languette détachable permettra néanmoins de connaître les résultats individuels dans les 36 heures via un site internet. Chaque personne devra ramener son tube dans les 12 heures suivant le prélèvement et le déposer dans une urne installée à l’ULiège.

Fabrice Bureau, vice-recteur à la Recherche, explique le fonctionnement de ce kit de test:

(Photo: ULiège – V. Bianchi)


Suivant : La “Cité de la Bière” déménage à Awans et devient “Terre de Bières” suite à l’annulation en 2020
Précédent : Les couches-culottes ne devront finalement pas être jetées dans les sacs jaunes en 2021

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×