Les opérations ne se sont pas déroulées en secret, mais elles n’ont toutefois pas été ébruitées. Le mois passé, la maison Rigo a été vidée de ses objets d’intérêt patrimonial. Officiellement, la Ville attend la décision relative à l’ultime recours en justice introduit par des associations liégeoises de défense du patrimoine avant de donner à l’entreprise Castagnetti le signal de démolition de cette maison de style mosan. Mais sur Facebook, certaines personnes ont signalé, photos à l’appui, que d’autres éléments intéressants – mais non répertoriés- de la structure intérieure du bâtiment continuaient d’être démantelés.

Cheminées du 17e et 18e siècle, escalier et rambarde en fer forgé (17e), splendide manteau de cheminée au cadre très finement sculpté avec décor floral, carrelages avec motifs en pavés de Delft (17e)… les éléments remarquables et authentiques sont, eux, entreposés depuis un mois dans un lieu à propos duquel l’échevinat de la Culture ne souhaite pas communiquer précisément. “Tout cela va être évalué et étudié par les archéologues de la Ville“, précise toutefois Thierry Basomboli, secrétaire de cabinet de l’échevin Hupkens.

Les associations Vieux-Liège et SOS Mémoire de Liège, de leur côté, appellent toujours à une mobilisation contre la destruction de la maison Rigo ce vendredi 13 octobre à 17h là où elle se trouve, avenue Blonden.

Lire aussi:
Dernier recours pour la maison Rigo
Recours annulé: la maison de style mosan des Guillemins peut être démolie

(Source: Today In Liège)


Suivant : Météo: temps nuageux
Précédent : Jean-Yves Pirenne nouveau commissaire du gouvernement à l’université

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button