Comme prévu, Tram de Liège a annoncé hier la mise à l’arrêt du chantier du Tram de Liège. “Le contexte sanitaire lié à l’épidémie du COVID-19 ainsi que les mesures conséquentes prises par le Gouvernement en matière d’activités économiques, de confinement et de distanciation sociale ont contraint le consortium Tram’Ardent à mettre à l’arrêt les différents chantiers qui étaient en cours durant ce mois de mars. Tram’Ardent travaille principalement avec des prestataires et des fournisseurs belges, français et espagnols, soit dans des pays qui connaissent des mesures similaires et une situation sanitaire aigue, ce qui provoque souvent l’arrêt d’activités essentielles à la poursuite du chantier“, indique le communiqué.

Conformément aux dispositions contractuelles, Tram’Ardent s’est tourné vers le donneur d’ordre qu’est l’OTW (Opérateur de Transport de Wallonie) pour invoquer cette circonstance exceptionnelle. Ce dernier a reconnu l’existence d’un cas de force majeure imposé par les Etats belge, français et espagnol, ce qui signifie que le consortium Tram’Ardent ne devrait pas payer de pénalités pour le retard dans la mise en service de la ligne qui semble inévitable. Ce retard sera évalué à la fin de la période de confinement.

Alors quand le chantier redémarrera-a-il? Car à la fin du confinement, les commerçants et indépendants du centre-ville risquent de recevoir un (autre) coup de massue si les travaux du tram compromettent à nouveau leurs activités. “Les équipes de l’OTW, de la Ville de Liège et du SPW ainsi que celles de Tram’Ardent restent mobilisées. Elles télé-travaillent et organisent leurs réunions à distance afin de ne pas interrompre le processus de validation des études actuellement en cours, de manière telle que les chantiers puissent redémarrer dans les meilleurs délais après la période de confinement“: voilà le message officiel.

Tram’Ardent a également maintenu une équipe d’astreinte laquelle surveille quotidiennement l’état du “barriérage” des différentes zones de chantier et qui prendra les mesures de sécurité qui pourraient s’imposer.

Lire aussi: Pourquoi ne profite-t-on pas de la ville à l’arrêt pour avancer dans le chantier du tram?


Suivant : Des dizaines de mètres cubes d’eau s’écoulent pour rien dans le caniveau rue des Franchimontois
Précédent : 800 respirateurs, 300.000 vêtements de protection et 300.000 masques cadeau d’Alibaba

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×