Sur la base d’un document interne au conseil d’administration de l’intercommunale Enodia (ex-Publifin), le journal La Meuse affirme que celle-ci est redevable d’une dette de 90,4 millions à son propre fonds de pension Ogeo Fund. Entre 2009 et 2014, Ogeo a en effet payé les pensions des travailleurs de différentes “filiales” du groupe Nethys, chapeauté par l’intercommunale Enodia.

En 2016, Resa, filiale gaz et électricité de Nethys, rembourse les 69,4 millions d’euros de pensions payées pour ses travailleurs mais directement sur le compte bancaire de Nethys. Or cela devait logiquement être fait sur le compte d’Enodia ou directement sur celui d’Ogeo Fund. Cet argent, resté au mauvais endroit, n’a nullement servi à payer les pensions. Et au bout du compte, Nethys a même fait endosser par l’intercommunale Enodia la dette restante concernant lesdites pensions. Du coup, avec les intérêts, cette dernière se retrouve avec une dette importante vis à vis d’Ogeo Fund dépassant les 92 millions d’euros. Et l”on se demande à quoi ont servi les 70 millions.


Suivant : Plusieurs véhicules hybrides du TEC à nouveau immobilisés suite au bus qui a pris feu près de la Médiacité
Précédent : Une vidéo sympa montre l’ambiance de la Batte dimanche avec les commerçants masqués

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×