Michel Firket, échevin de la mobilité, a expliqué  hier soir aux riverains du quartier Sainte-Walburge le projet de mobilité (travaux pas avant 2019) autour de la Citadelle: « Il a fallu plancher sur toute une série de solutions qui favorisent d’abord les transports publics et aussi faciliter les modes doux, c’est-à-dire les déplacements à pied et à vélo. Les voiries du quartier doivent faire l’objet d’une mutation, c’est-à-dire accueillir des bandes réservées aux bus et aux vélos en même temps, comme ça se fait de plus en plus, des aménagements de sens de circulation, de manière à diluer la circulation des voitures ».

On citera aussi l’élargissement du chemin de la Citadelle jugé sous-exploité ainsi que la mise en sens unique montant de la rue Sainte-Walburge ou encore les modifications de plusieurs carrefours jugés problématiques.

Certains d’entre eux ont regretté le manque de vision globale dudit plan de circulation: « On aurait voulu avoir une proposition plus globale, qu’il y ait un véritable réseau de vélos, qu’il y ait une véritable réflexion au niveau des transports en commun. C’est un plan qui est focalisé sur une sortie d’autoroute jusqu’à la Citadelle, donc ça n’a pas beaucoup d’intérêt pour la mobilité. C’est vrai qu’on laisse plus de place aux bus mais encore faudrait-il qu’il y ait plus de bus et que certains quartiers soient mieux desservis. Ils vont tripler le parking à la Citadelle, donc forcément, continuer à faire un appel de véhicules. Et enfin, le vélo est complètement absent du plan, c’est-à-dire que tout le vélo, en général, est sur la bande des bus« .

(Source: Rtbf, La Libre)


Suivant : 70% de taux d’occupation au Val-Benoît et 173 coureurs attendus aujourd’hui
Précédent : Nouvelle ligne aérienne cargo entre Liège et Shanghai

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button