Aujourd’hui, 25 novembre, c’est la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Depuis l’apparition du Covid-19, les données et les rapports de l’ONU, provenant de ceux évoluant en première ligne, montrent que tous les types de violence contre les femmes et les filles, et surtout la violence domestique, se sont accrus.

A Liège, le bourgmestre a indiqué lundi au conseil communal que le phénomène a également tendance à s’accentuer, vraisemblablement en lien avec les confinements. La police de Liège a enregistré 1954 plaintes depuis le début de l’année pour violences intrafamiliales et 967 personnes ont été prises en charge par le service d’aide aux victimes accessible 7j/7 et 24h sur 24. (Les chiffres des années précédentes ne sont pas apparus pour comparaison.)

La violence intrafamiliale est l’une des priorités de notre zone de police et du service de prévention de la Ville où de nombreux projets sont développés en partenariat avec les associations d’aide et de soutien aux victimes. Dès 2021, une grille de dangerosité établie sur base d’une circulaire des procureurs généraux sera systématiquement rédigée par le policier intervenant. La validation de certains critères entraînera obligatoirement un avis au magistrat. La zone de police de Liège ayant participé au test de validation de cette grille, elle est prête pour son implémentation“, souligne Willy Demeyer.


Suivant : Les syndicalistes de la FGTB condamnés pour le blocage du viaduc de Cheratte; ils font appel
Précédent : Le recours contre les adaptations de voirie pour le projet immobilier “Chartreuse” est rejeté

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×