Les associations Navetteurs.be, TreinTramBus, Inter-Environnement Wallonie et Test Achats s’inquiètent de la dégradation de la ponctualité sur le rail durant l’année écoulée et demandent que des moyens supplémentaires soient dégagés pour faire face aux problèmes liés au matériel roulant, à l’infrastructure mais également aux faits de « tiers » tels que les vols de câbles, les imprudences aux passages à niveau ou encore les phénomènes de « trespassing » (ceux qui se promènent sur les voies).

Elles ont eu l’occasion de compiler les statistiques de ponctualité sur quelques grands axes tant au Nord qu’au Sud du pays, entre février et octobre 2018, et le constat est sans appel : la ponctualité continue de se dégrader ou de se maintenir à un niveau beaucoup trop bas.

Avec ses 65,9%, la ligne de train Liège-Bruxelles obtient l’avant-dernier taux de ponctualité. La dernière étant Namur-Arlon (61,7% avec une baisse observée de 5,1%). Pour les deux, cela signifie donc que quatre trains sur dix sont en retard.

(.Source: Cp)


Suivant : Plan urbain de mobilité: on reparle de la liaison CHB
Précédent : L’Héliport Brasserie reste le seul restaurant étoilé de Liège

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×