La cour d’appel de Liège a prononcé lundi son arrêt dans le dossier Intradel/Uvelia, des faits reprochés à 12 prévenus suspectés de faits de corruption lors de l’attribution du marché de la construction de l’incinérateur de Herstal. Le 29 juin 2018, douze prévenus avaient été condamnés par le tribunal correctionnel de Liège à des peines allant jusqu’à trois ans avec sursis (trois acquittements), des interdictions professionnelles et des confiscations. À l’exception d’un seul prévenu, ces condamnations ont été confirmées. Les durées de peines et les durées de sursis accordés ont toutefois été diminuées.

Mais l’un des principaux protagonistes du dossier, l’ancien député-bourgmestre (PS) de Seraing Alain Mathot, va maintenant être jugé à son tour. Le parquet de Liège a l’intention de le renvoyer en correctionnelle (une citation devant la chambre du conseil est en cours de rédaction, indique le procureur du Roi de Liège, Christian De Valkeneer) puisqu’il n’est plus député. Il avait été absent du procès en raison de son immunité parlementaire. On lui reproche 172 000 euros de dépenses en cash dont l’origine ne peut être justifiée. Un montant que les enquêteurs estiment par ailleurs sous-évalué.

Le parquet de Liège a l’intention de renvoyer l’ancien député-bourgmestre de Seraing Alain Mathot (PS) en correctionnelle dans le cadre du dossier de corruption Intradel/Inova, rapportent plusieurs quotidiens samedi. L’ancien député socialiste, non réélu, ne bénéficie plus de l’immunité parlementaire qui le protégeait jusqu’ici.

Lire aussi: La justice enquête sur une villa en Thaïlande achetée secrètement par le député Alain Mathot


Suivant : Quatrième édition du festival Supervue fin juillet
Précédent : Météo: belle journée pas trop chaude

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×