La ville de Seraing a convoqué la presse pour faire le point ce vendredi sur le projet de l’Eros Center qui devait normalement ouvrir ses portes dans le courant de l’année 2018. Un dossier resté au point mort dans la mesure où un débat a pris de la place au parti socialiste entre les partisans de la pénalisation des clients (telle la bourgmestre de Flémalle, I.Simonis) et ceux qui plaident pour une prostitution encadrée, dont le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer.
A l’occasion de la présentation de ses voeux à la presse, ce dernier a expliqué hier que la problématique de la prostitution n’était pas oubliée et qu’il pourrait finalement ne pas s’agir d’un Eros Center mais d’une zone “P”, soit des rues où la prostitution serait tolérée voire encadrée dans l’hypercentre.

C’est à la suite de la fermeture de bars à vitrine dans le quartier Cathédrale Nord (51 salons en tout), en 2008, que l’idée de l’ouverture d’un Eros Center encadré par la Ville ressemblant à la Villa Tinto anversoise avait été mise sur les rails. Une implantation rue Varin, à côté du nouveau commissariat, avait été envisagée.


Suivant : Nouveau: un simulateur de Golf Indoor à Liège
Précédent : Un tunnel sous Robermont à la place de la liaison CHB

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×