Qu’est-ce que la dualisation sociale, culturelle et symbolique femme /homme ou féminin/masculin fait à nos vies, à nos carrières, à nos manières de dire, de faire et de penser, de produire, d’innover, cela tant dans la sphère publique que privée? Si la mise en place d’enseignements, de masters et de chaires en “études de genre” est effective dans de nombreuses universités européennes, pays nordiques en tête, la Belgique est restée longtemps à la traîne.

En 2014, un master de ce type a été créé en Flandre. À la rentrée prochaine, la Fédération Wallonie-Bruxelles lui emboîtera le pas grâce à une action conjointe des six universités du sud du pays (UCL, ULB, ULg, USL-B, UNamur et UMons). Cette formation est ouverte à tous les étudiants détenteurs d’un master ou à des personnes ayant une expérience professionnelle valorisable de cinq ans minimum. Les cours du tronc commun seront donnés le vendredi à Bruxelles tandis que les cours à option seront à piocher dans l’offre existante d’enseignements labellisés “genre” ou qui recourent à cette approche.

Infos: secretariat-genre@uclouvain.be, site www.mastergenre.be


Suivant : Découvrez comment rédiger aisément vos e-mails et lettres grâce à un éditeur liégeois
Précédent : 200 enfants d’écoles et d’associations de quartier donnent un concert gratuit à l’OPRL

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×