Le socialiste Mohammed Bougnouch, réélu conseiller communal pour la législature qui commence, était l’un de ceux qui avait touché de grosses rémunérations fixes en tant que président de comité de secteur Liège-Ville au sein de l’intercommunale Publifin (42.745 € nets pour sept réunions en deux ans et demi). Obligé de rembourser à la suite de décisions de son son parti et de la justice, l’homme aurait négocié des mandats au sein d’intercommunales en une sorte de chantage pour accepter de signer le pacte de majorité PS-MR. C’est ce que nous apprend un article de Gaspard Grosjean dans la Meuse de ce jour.

Pour “l’aider à supporter ses remboursements”, le conseiller a fait pression pour être désigné président de l’intercommunale des Abattoirs de Liège, administrateur au sein de l’intercommunale de soins de santé ISOsL et à l’Intercommunale d’incendie de Liège et environs. Dans la mesure où le décret du 29 mars 2018 modifiant le Code de la démocratie locale et de la décentralisation interdit aux conseillers communaux et membres du Collège de détenir plus de 3 mandats d’administrateur rémunéré dans une intercommunale, Mohammed Bougnouch a donc obtenu le maximum.

La présidence des abattoirs lui octroie une rémunération mensuelle fixe, tandis que ses deux autres mandats sont payés au jeton de présence.


Suivant : Grand feu d’artifice du Nouvel An sur l’esplanade Saint-Léonard
Précédent : 430 000 visiteurs en 5 ans à la Cité Miroir et une expo prestigieuse de masques anciens à venir

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×