Ils se sont rassemblés devant leur caserne hier, puis ont manifesté bruyamment devant l’hôtel de ville et au seuil de l’assureur Ethias. Une trentaine de pompiers liégeois voulaient attirer l’attention sur le problème que rencontre l’un des leurs, Julien Jacquemin (35 ans). Cet homme du feu avait dû être amputé d’un bras dans le contexte d’un incendie en mai 2020 sur lequel il était intervenu. L’homme avait été enseveli une grosse vingtaine de minutes sous un mètre de gravats.

Depuis son accident, il rencontre des difficultés administratives pour ce qui est un accident de travail. L’ensemble des frais médicaux ne sont pas pris en charge et le remboursement de certaines dépenses a été refusé par l’assureur. Par exemple, sa prothèse de 48.000 euros n’est prise en charge par l’assurance que pour 46.600 euros. Est-ce à lui de payer la différence ? L’homme a également dû changer de véhicule à cause de son handicap et il demande une intervention partielle par rapport à cela.

Les pompiers réclament que ces frais soient pris en charge par leur employeur, l’Intercommunale d’Incendie de Liège et Environs, qui met du temps à réagir.

Plus globalement, les pompiers dénoncent un problème structurel, qui concernerait toutes les zones de secours à propos du paiement de frais médicaux en cas d’accident en intervention.


Suivant : Hausse de l’activité immobilière en province de Liège: voici le prix moyen d’une maison et d’un appartement
Précédent : Les Pharmaciens Unis en faillite: plusieurs officines sont concernées à Liège

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×