L’accueil de l’enfance (0-12 ans), dans ses multiples formes -les milieux d’accueil collectifs ou les accueillantes à domicile, l’accueil extrascolaire, les services de promotion de la santé à l’école, les gardes d’enfants malades…, souffre de sous financement. “Les conditions de travail sont pénibles, les salaires bas et les fins de carrière difficiles… Un espoir d’amélioration venait de la réforme votée par la précédente majorité après des années de concertation avec le secteur; réforme qui prévoyait, entre autres, l’augmentation des normes d’encadrement. Malheureusement, l’actuel gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est occupé à réduire drastiquement les ambitions de cette réforme“, juge Marie-Christine Falzone, secrétaire permanente CNE.

Ce jeudi 1er avril, de nombreux travailleurs seront en grève. En région liégeoise, plusieurs structures passeront à l’action. De fortes perturbations sont à prévoir dans les crèches de la Ville de Liège et les accueillantes à domicile seront également mobilisées ce jour-là. Le passage au statut de salariées des accueillantes à domicile actuelles, promise pour 2025 au plus tard, est menacée à l’occasion de la négociation du contrat de gestion de l’ONE, en phase d’être adopté pour la période 2021-2025. Et ce “sans aucune concertation sectorielle à ce jour ! En effet, seuls 30 contrats salariés seraient prévus. Sachant qu’environ 1.600 personnes attendent, il faudrait 53 ans pour que toutes les accueillantes désireuses de changer de statut aient satisfaction. Où est le respect de ces travailleuses qui accueillent les enfants minimum 10h/jour et 5 jours/semaine avec pour seul salaire, un défraiement en fonction de la présence effective des bambins et aucun droit au chômage en cas, par exemple, de pandémie“, souligne le syndicat.


Suivant : Après le Logis Social, La Maison Liégeoise annonce la rénovation de 1600 logements
Précédent : Météo: nouvelle belle journée ensoleillée

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×