Ces derniers jours, minés par une carence d’informations consistantes, les médias liégeois se sont affranchis de la peur du clic en partageant leur appétit pour tout ce qui était con.

Il y eut tout d’abord la tempête de dimanche, qui arracha les lettres « g », « r », « e » et « s » de l’inscription géante posée sur le toit du palais des Congrès, transformant ce lieu d’événements logé au seuil du parc de la Boverie en « palais des con ». (Les lettres ont, depuis, été toutes démontées.)

Quand le vent et la tempête apportent la solution…

Slået op af Patrick DheurSøndag den 16. februar 2020

Durant ce même week-end, un con complètement saoul s’est transformé en boulet (à l’instar de ceux qu’il vend) en diffusant des chants nazis appuyés par des saluts hitlérien ainsi que par des propos racistes et homophobes dans son restaurant. Marc de Bruyn, le nouveau tenancier du Café Lequet s’est retrouvé à se justifier maladroitement ce lundi jusqu’au journal de la RTBF, en parlant de simple exagération dans l’humour.
L’homme, qui est l’objet d’un légitime déferlement d’indignations sur les réseaux sociaux, a même réussi à offusquer l’ancien propriétaire des lieux, qui n’avait pourtant pas sa langue dans sa poche. Le bourgmestre envisage d’agir face à ces faits punissables par la loi.

Bref, il fallait bien une video humoristque pour clôturer en beauté ce week-en des clics et des con(s), qui préfigure un peu étrangement les carnavals à venir.

Voici la vraie version de chez mon ami Marc De Bruyn c'était une soirée carnaval bande de méchant

Slået op af Ivan Calista i Mandag den 17. februar 2020


Suivant : La trémie Charlemagne va être définitivement supprimée au centre-ville
Précédent : L’état de santé du policier blessé dans une fusillade évolue positivement

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×