Depuis la semaine passée, les travaux dans l’ancienne centrale thermoélectrique de l’ex-site universitaire du Val-Benoît ont commencé. Le bâtiment, qui était truffé d’amiante avant d’être assaini, doit accueillir la future Cité des Métiers. Il s’agit d’un projet destiné à rassembler différents acteurs en matière d’emploi et de formation, s’inspirant du modèle français du même nom situé à Paris La Vilette. L’objectif est en résumé de miser sur la formation et l’insertion socioprofessionnelle.

Initié en 2014, il avait capoté en raison d’une mauvaise gestion et d’un manque de transparence de l’asbl créée pour l’occasion, qui avait finalement vu ses subsides gelés. Le nom de la structure a depuis été changé en « Centrale des métiers ». Le chantier devrait être terminé en 2023 grâce à une enveloppe d’un peu plus de 23 millions d’euros. La Wallonie apporte 20.250.000€, le Forem 8.750.000€ et l’université de Liège 4.160.416€.

Si le partenariat avec la SPI apparaît comme solide à l’entame des travaux, l’asbl qui doit porter le projet (et vient de déménager près de Belle-Île) ne semble elle pas encore véritablement sur les rails. Son site web www.cdmliege.be est en ligne mais il ne détaille pas encore, pour le public, ce que sera cette fameuse Cité des Métiers de Liège, censée “proposer une offre de services d’Orientation Tout au Long de la Vie, axée sur le multi-partenariat et la neutralité, en intégrant des approches et méthodes diversifiées, pour répondre aux besoins de tout citoyen“.

Pour l’heure, les services proposés renvoient simplement vers le Forem. Et, suite à notre demande, aucun document n’était encore disponible.


Suivant : Les travaux du tram vont secouer: la Ville met ses collections de verres à l’abri
Précédent : Nouveau festival PolitiK: des rencontres internationales autour du film politique

► Une erreur ou une proposition d'article, contactez-nous.

Share Button
×